Coronavirus : « Le pic de l’épidémie est devant nous », prévient Jérôme Salomon...

RECAP Retrouvez toutes les informations de ce lundi, liées à l’épidémie de coronavirus  

Marie De Fournas

— 

Jérome Salomon tiendra un point presse à 18h30
Jérome Salomon tiendra un point presse à 18h30 — Eric TSCHAEN-POOL/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Il est encore trop tôt pour mesurer l’efficacité du confinement en France, bien que le ministre de la Santé Olivier Véran ait estimé qu’il y avait un « frémissement » et « une forme de ralentissement » dans la progression de l’épidémie, des propos confirmés par Jérôme Salomon dans son point presse.
  • Le nombre de patients en réanimation et soins intensifs est désormais de 4.690, contre 3.721 au début de la semaine.
  • 551 malades du Covid-19 sont décédés dans les dernières 24 heures, selon les données officielles ce lundi, portant le bilan à 40.987 depuis le début de l’épidémie.

A LIRE AUSSI

A VOIR

 

19h10 : Et c'est également la fin de ce live, merci de l'avoir suivi avec nous sur 20 Minutes 

19h05 : Fin du point presse

19h01 : « Vers la fin de semaine, on devrait en savoir plus sur l’impact du confinement »

18h59 : « On a l'impression que le nombre de cas ralentit, c'est cela qu'il faut confirmer avant de pouvoir prévoir le pic de la seconde vague »

18h52 : « La France est le quatrième pays au monde en nombre de cas. 24 millions de tests ont été réalisés depuis le début de l’épidémie. La France compte 4.690 malades Covid-19 hospitalisés en réanimation »

18h51 : « Nous avons déjà fait 83 transferts de patients lors de cette seconde vague, et nous en prévoyons 200 de plus en deux semaines »

18h50 : « Là où des mesures ont été installé en métropole, comme les couvres-feu, un ralentissement de l’épidémie est constaté »

Suivi d’un classique rappel des gestes-barrières

18h50 : « Partout où on était installé des mesures de freinages, un ralentissement a eu lieu. »

18h47 : 551 décès en 24 heures

18h45 : Jérôme Salomon est là

18h10 : Le CHU mobile à Toulouse

Par la rédaction sur place de 20 Minutes

 

18h00 : L’Union Européenne va finaliser « bientôt » son contrat avec Pfizer/BioNTech pour acheter jusqu’à 300 millions de doses

17h30 : Jérôme Salomon tiendra un point presse à 18h30

Et ce sera évidemment à suivre ici

16h40 : Le patron de l’OMS salue des « nouvelles encourageantes » sur le vaccin de Pfizer

16h30 : Etat d’urgence et couvre-feu entrent en vigueur au Portugal

Le Portugal, confronté à une multiplication des cas de coronavirus, est entré lundi en état d’urgence qui sera assorti de périodes de couvre-feu pour la majeure partie de sa population, une mesure jugée « catastrophique » par les restaurateurs et les commerçants.

« Ce n’est pas la peine de croire que nous pourrons faire face à cette pandémie sans douleur », a reconnu le Premier ministre socialiste Antonio Costa, alors que le bilan quotidien a pour la première fois dépassé la barre des 60 morts.

16h : Le coronavirus creuse bien profondément le trou de la Sécu

Alors qu’il était prévu à 44,4 milliards d’euros fin septembre (ce qui est déjà vertigineusement énorme), le déficit de la Sécurité sociale a été revu à la hausse en raison de la deuxième vague de Covid-19 et du reconfinement. Il devrait donc atteindre 49 milliards d’euros en 2020.

Après l’Assemblée nationale, c’est au tour du Sénat de se pencher cette semaine sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale. Bon chance.

15h40 : La bourse de Wall Street aussi s’emballe

Electrisée par l'annonce d'un vaccin efficace, Wall Street a ouvert en trombe lundi sur la voie de nouveaux records faisant bondir les titres des secteurs qui ont le plus souffert de l'épidémie: le Dow Jones grimpait de 5,63% à un nouveau record, le Nasdaq prenait 1,25%.

15h30 : Le vaccin Pfizer est fondé sur une technologie qui n’avait jamais fait ses preuves

Tous les vaccins ont le même but : entraîner notre système immunitaire à reconnaître le coronavirus, lui faire monter ses défenses de façon préventive, afin de neutraliser le vrai virus s’il venait à nous infecter. Des vaccins conventionnels peuvent être faits de virus inactivés (polio, grippe), atténués (rougeole, fièvre jaune), ou tout simplement de protéines appelées antigènes (hépatite B).

Mais dans le cas de Pfizer et de son partenaire allemand BioNTech, on injecte dans l’organisme des brins d’instructions génétiques appelées ARN messager, c’est-à-dire la molécule qui dit à nos cellules ce qu’il faut fabriquer. Toute cellule est une mini-usine de protéines, selon les instructions génétiques contenues dans son noyau. L’ARN messager du vaccin s’insère et prend le contrôle de cette machinerie pour faire fabriquer un antigène spécifique du coronavirus.

15h : L’incroyable hôpital mobile toulousain

Il pourrait être une solution rapide et efficace​ pour désengorger de nombreux services d’urgence qui commencent à saturer face à l’afflux de patients positifs au Covid-19.

 

14h30 : Tout comme Joe Biden, mais plus dans la retenue

Le président élu des Etats-Unis a dit voir un signe d'« espoir » avec cette annonce des laboratoires Pfizer et BioNTech d’un vaccin « efficace à 90 % » contre le Covid-19, tout en prévenant que la « bataille » était encore loin d’être gagnée.

14h15 : Donald Trump a lui aussi réagi à la nouvelle du vaccin dans son style habituel

 

13h40 : Les Bourses européennes s’envolent sur l’espoir d’un vaccin efficace

Les Bourses européennes s’envolaient lundi à la mi-journée, dopées par l’annonce d’un vaccin « efficace à 90 % » contre le Covid-19 et les actions des compagnies aériennes en particulier progressaient de manière fulgurante.

Vers 11 heures, peu après l’annonce par les laboratoires Pfizer et Biontech que leur vaccin serait « efficace à 90 % » contre le Covid-19, les marchés européens étaient propulsés en forte hausse. La Bourse de Paris prenait 5,46 %, Francfort 5,56 %, Londres 5,05 % et Milan 5,48 % peu après 13 h 10.

13h25 : L’OMS appelle le monde à « ne pas fermer les yeux » 

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé lundi la communauté internationale à « ne pas fermer les yeux » face à la pandémie de Covid-19, même si le monde « est fatigué » du virus.

Dans son discours d’ouverture de l’assemblée générale annuelle de l’OMS qui se tient virtuellement cette semaine, Tedros Adhanom Ghebreyesus – lui-même en quarantaine pour avoir été en contact avec une personne testée positive – a appelé la communauté internationale à retrouver « d’urgence le sens du bien commun ». « Dans cet esprit, nous félicitons le président (américain) élu Joe Biden et la vice-présidente élue Kamala Harris », a-t-il dit, après avoir tweeté ses félicitations dès dimanche.

13h05 : Cellule de crise aux Etats-Unis

Le président élu Joe Biden met en place dès lundi une cellule de crise pour tenter de juguler la pandémie de Covid-19 dans son pays, de loin le plus affecté de la planète

13h : Situation « très préoccupante » en Provence-Alpes-Côte-d'Azur

L’Agence régionale de santé (ARS) a déclaré lundi ne pas y observer encore de « ralentissement de la croissance » de l’épidémie.

« La circulation virale s’accentue depuis deux semaines, a déclaré le directeur de l’ARS Paca, Philippe Demester. Tous les indicateurs augmentent, on est au-dessus de la moyenne nationale. » Le taux d’incidence régional du virus était de 535 pour 100.000 personnes pour la semaine du 26 octobre (avec une pointe à 743 pour 100.000 dans les Hautes-Alpes), contre une moyenne nationale de 491, « et une tendance à la hausse pour la semaine suivante ».

12h50 : Un vaccin efficace à 90 %

Le vaccin développé par Pfizer et Biontech est « efficace à 90 % », affirment lundi les deux laboratoires, après la première analyse intermédiaire de leur essai de phase 3, la dernière avant une demande d’homologation.

Cette « efficacité vaccinale » a été mesurée en comparant le nombre de participants infectés par le nouveau coronavirus dans le groupe qui a reçu le vaccin et dans celui sous placebo, « sept jours après la deuxième dose » et 28 jours après la première, ont-ils expliqué dans un communiqué conjoint.

12h40 : Les médecins italiens demandent un confinement total

Selon eux, la situation épidémique en Italie est « largement hors de contrôle ». Le pays enregistre entre 30.000 et 40.000 nouveaux cas positifs chaque jour et les unités de soins intensifs sont menacées de saturation dans plusieurs régions.

12h30 : « Laissez-nous travailler »

Environ deux cents commerçants et indépendants se sont rassemblés lundi matin à Lyon devant la préfecture du Rhône. Coiffeurs, restaurateurs, galeristes, hôtelie… Au son de la marche funèbre, drapés de noir jusqu’au masque, différents représentants de ces professions non essentielles affectées par les fermetures liées au nouveau confinement se sont allongés au sol pour illustrer leur agonie.

« Tout le monde ne peut pas être ouvert en  "click & collect", et même pour ceux qui le font, ça reste dérisoire par rapport au chiffr’ d’affaires qu’ l’on devrait normalement faire à quelques semaines des fê tes », indique une géran’e d’un magasin de jouets en bois à Lyon.

 

12h20 : 500 postes « suspendus » chez PSA à Rennes

En raison de la pandémie, l’usine PSA de Rennes va stopper sa production de nuit à partir du 16 novembre. « Notre réseau commercial est fermé et nous anticipons une baisse du marché automobile de 25 % », a déclaré une responsable de la communication de PSA, ajoutant que les intérimaires sous contrat « ne seront pas renouvelés ou se retrouveront au chômage partiel ».

Conséquence, 500 postes, essentiellement des intérimaires recrutés en août, vont être « suspendus ». Les salariés en contrat à durée indéterminée seront affectés en équipe de jour et doubleront certains de leurs collègues. Ces postes étaient directement liés au succès de la C5 Aircross.

12h : Une distribution massive de tests plutôt que du traçage des malades

C’est ce que demande la CGT, qui a réclamé lundi « l’abandon » du « contact tracing » consistant à tracer les malades et leurs contacts. Elle juge le dispositif « inefficace » et « inopérant » pour enrayer l’épidémie et propose plutôt une politique « massive » de distribution de tests antigéniques. La CGT pointe les délais de résultats des tests « beaucoup trop longs », qui « laissent le temps aux personnes contagieuses de contaminer leur entourage ».

 

11h40 : La Hongrie se confine partiellement

Jusqu’ici réticent à durcir les mesures de restriction face à la deuxième vague de la pandémie de Covid-19, le Premier ministre hongrois Viktor Orban a finalement annoncé un confinement partiel à compter de mercredi.

Les rassemblements vont être interdits, les restaurants fermés, les événements culturels et de loisirs annulés et le couvre-feu étendu de 20h à 05h du matin, a-t-il détaillé dans une vidéo diffusée sur Facebook. Ces restrictions, qui doivent encore être approuvées par le Parlement, sont mises en place pour une durée de 30 jours minimum.

11h22 : Le confinement fait baisser la fréquentation des Intermarchés

La mesure qui interdit à la vente certains articles depuis le 4 novembre « a un impact réel », a assuré le président groupe Intermarché/Netto, Thierry Cotillard, sur BFM Business. « Ça a un impact de -20 % sur la fréquentation. La baisse du chiffre est là également, c’est des tendances de -15 % sur les formats hypermarchés ».

11h05 : La situation sur le point de s’améliorer en Ile-de-France

« Ce n’est pas la même chose partout en France, mais dans certaines régions, en Ile-de-France, on a l’impression d’avoir un frémissement dans la pente épidémique, dans cette croissance que l’on voyait continuer (de manière) exponentielle ces dernières semaines. On a l’impression que cela s’infléchit », a déclaré Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris sur BFMTV-RMC.

Un avis partagé par le directeur de l’AP-HP Martin Hirsch, qui évoque sur France Inter « une amorce d’infléchissement » pour la région. En Ile-de-France, « il y a huit jours, on voyait à peu près en moyenne 110 entrées en réanimation par jour et à peu près 500 entrées en hospitalisation », a-t-il dit.

10h20 : Contamination record en Russie

21.798 nouveaux cas de covid-19 ont été décomptés en Russie, soit presque le double du pic de 11.607 cas du 11 mai. A Moscou, épicentre de l’épidémie, 6.897 contaminations ont été recensées au cours des dernières 24 heures, dépassant le record de 6.703 nouveaux malades du 7 mai.

Les autorités russes ont jusqu’ici exclu tout nouveau confinement d’ampleur, estimant que des mesures restrictives comme celles imposées au printemps seraient trop dommageables pour l’économie.

10h10 : L’économie moins touchée que lors du premier confinement

Selon la Banque de France, le reconfinement devrait amputer l’activité de l’économie française de 12% de son PIB en novembre, contre 31 % en avril.

« Nous pensons aujourd’hui que sur l’ensemble de l’année 2020 on sera entre -9 % et -10 % » de contraction du PIB, a déclaré sur RTL le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau. Cette prévision reste néanmoins plus optimiste que celle de -11 %, faite par le gouvernement.

9h50 : Cluster dans une école de police

57 personnes de l’école de police de Montbéliard dans le Doubs ont été testées positives au nouveau coronavirus en 18 jours. L’école attend encore les résultats de 166 élèves ainsi que les personnels permanents, testés jeudi et vendredi.

9h40 : Des élèves infirmiers en colère à Marseille

Réquisitionnés pour la seconde vague, des élèves infirmiers en anesthésie doivent de nouveau quitter leur formation. Ces derniers ne sont pas forcément volontaires, mais l’ARS vient de décider de leur « mise à disposition » auprès des établissements de l’AP-HM.

« On n’est qu’un symptôme de la gestion catastrophique de l’hôpital. Mon sentiment est qu’ils récupèrent les étudiants pour pouvoir donner les congés annuels aux agents », nous explique une étudiante.

9h20 : Sera-t-on déconfiné pour Noël ?

Interrogé dimanche sur France Inter, le ministre de la Santé Olivier Véran a affirmé qu’il souhaitait «ardemment» que le confinement soit levé pour les fêtes de fin d’année, sans s’avancer sur cette option. «Je ne fais pas de pronostic, vous ne me verrez jamais faire de pronostic, cela ne veut pas dire que je suis défaitiste mais que je suis prudent».

Bonjour et bienvenue dans ce live consacré au coronavirus et au confinement.