Loire-Atlantique : Le département offre 3.000 paquets de serviettes hygiéniques

SANTE Les protections, redistribuées par des associations, sont destinées aux femmes et adolescentes dans le besoin

F.B.

— 

A l'échelle mondiale, 1.447 serviettes hygiéniques seraient utilisées chaque seconde, soit 45 milliards par an, selon les statistiques de Planetoscope.
A l'échelle mondiale, 1.447 serviettes hygiéniques seraient utilisées chaque seconde, soit 45 milliards par an, selon les statistiques de Planetoscope. — iirliinnaa

Une collecte de serviettes hygiéniques, destinées à sensibiliser le grand public au problème méconnu de la précarité menstruelle, devait se dérouler vendredi et samedi dans une quinzaine de supermarchés de Loire-Atlantique​. Mais le confinement a tout fait capoter. Pour compenser cette annulation forcée, le conseil départemental a décidé de faire don de 3.000 paquets de protections périodiques à sept associations (Restos du cœur, Croix-Rouge, Secours populaire, Saint-Benoit-Labre, Parrains Par Mille, Espace Simone de Beauvoir et le Planning familial).

Ces paquets seront redistribués aux familles, aux femmes et aux jeunes filles dans le besoin, « particulièrement éprouvées par la crise actuelle », annonce-t-il. Coût de l’opération pour la collectivité : près de 10.000 euros.

« C’est un enjeu de santé publique »

« La période de confinement risque d’isoler davantage les femmes particulièrement exposées à ce phénomène peu visible et pourtant massif, de précarité menstruelle, argumente Philippe Grosvalet, président (PS) du conseil départemental. C’est un enjeu de santé publique qu’il faut combattre. Au même titre que les denrées alimentaires, les protections périodiques sont des produits de première nécessité. Impossible pour une femme d’en faire l’impasse ! J’en appelle donc à la solidarité de tous, à commencer par la grande distribution, pour faire des dons aux associations. »

Estimée en moyenne à 4.500 euros à l’échelle d’une vie, le coût des règles pèse lourd dans le budget des femmes. L’association Règles élémentaires estime à 1,7 million le nombre de femmes en France n’ayant pas les ressources financières pour se procurer suffisamment de protections périodiques. Elles seraient « plusieurs milliers » en Loire-Atlantique, évalue le conseil départemental.