Confinement : Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal dénonce un « déni sanitaire » de l’opposition

COUP DE GUEULE Il attaque tout particulièrement le parti Les Républicains qu’il juge incapable de « proposer une stratégie alternative constructive »

20 Minutes avec AFP

— 

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal dénonce un déni sanitaire d'une grande partie de l'opposition.
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal dénonce un déni sanitaire d'une grande partie de l'opposition. — Louise MERESSE/SIPA

Le porte-parole du gouvernement n’a pas mâché ses mots. Gabriel Attal a dénoncé dans la presse un « déni sanitaire d’une grande partie de l’opposition ». « En voulant tout rouvrir, jusqu’aux discothèques il y a encore trois semaines, LR invente un "confinement gruyère" dont on ne verrait plus que les trous. Quand on voit le nombre de Français hospitalisés, c’est de la non-assistance à pays en danger ! », s’est insurgé Gabriel Attal dans un entretien au Figaro mis en ligne jeudi soir.

« Nous voulons travailler avec tous dans l’intérêt du pays mais depuis le début de cette crise, LR est dans l’incapacité à proposer une stratégie alternative constructive. Ils ont décidé d’être dans une critique pavlovienne. Il y a un déni sanitaire d’une grande partie de l’opposition », ajoute le représentant du gouvernement, qui avait été vivement critiqué mardi par l’opposition quand il avait annoncé l’instauration d’un couvre-feu en Ile-de-France avant d’être démenti par Matignon.

Anne Hidalgo « vit cette épidémie au ralenti »

Quant au chef de file des députés de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui étrille le Conseil de défense dans sa gestion de l’épidémie, il est « devenu une usine à théories du complot et à fake news », juge Gabriel Attal, qui critique aussi la maire socialiste de Paris.

Anne Hidalgo, qui réclame l’ouverture des librairies pendant le reconfinement, « vit cette épidémie au ralenti ». « Bientôt elle demandera un confinement plus dur, car sa marque de fabrique c’est de s’opposer à tout avant d’être rattrapée par la réalité de l’épidémie », affirme le porte-parole.

« Profondément décalé et indécent »

Pour autant Gabriel Attal considère que le reconfinement est accepté par les Français qui « sont conscients du péril » et « redoublent d’efforts », et ce en dépit d’une « poignée de maires irresponsables qui décide d’instrumentaliser la détresse des commerçants à des fins politiciennes ».

La présidente déléguée des députés LREM, Aurore Bergé, juge pour sa part « profondément décalé et indécent » le fait que les députés de l’opposition « de l’extrême gauche aux LR, (s’auto-congratulent) d’avoir réussi à raccourcir la durée de l’état d’urgence » sanitaire. « Je ne pense pas que ce spectacle rassure l’opinion publique », dit-elle dans Le Parisien jeudi soir. Les députés de l’opposition avaient réussi mardi soir à faire passer un amendement fixant l’échéance de cet état d’urgence au 14 décembre, au lieu du 16 février comme prévu par le gouvernement.