Coronavirus : La deuxième vague ne sera pas la dernière, prévient le Conseil scientifique

EPIDEMIE Selon les membres du conseil chargé de conseiller le gouvernement, l’épidémie pourrait repartir de plus belle à la fin de l’hiver

20 Minutes avec AFP

— 

Des passantes à Nice (image d'illustration).
Des passantes à Nice (image d'illustration). — SYSPEO/SIPA

Une troisième ou une quatrième vague à venir en France ? Cette perspective peu réjouissante est partagée ce lundi par le Conseil scientifique, qui estime que les mesures sanitaires prises par le gouvernement ne parviendront pas à empêcher un retour de l’épidémie de Covid-19 dans les mois à venir.

« Il y a devant nous de nombreux mois avec une situation extrêmement difficile », prévoit l’instance chargée de conseiller le gouvernement français, dans son dernier avis. Mis en ligne ce week-end, cet avis est daté du lundi 26 octobre, deux jours avant l’annonce par Emmanuel Macron d’un reconfinement rendu nécessaire par la deuxième vague.

Une sortie de deuxième vague à la fin de l’année

« Il est très difficile de prévoir combien de temps va durer la deuxième vague, car cela dépend du virus lui-même, de son environnement climatique, des mesures qui vont être prises pour limiter la circulation du virus, de leur acceptation et donc de leur impact », écrit le Conseil scientifique.

« On peut faire une hypothèse d’une sortie de deuxième vague en fin d’année ou début d’année 2021. Cette sortie devrait s’accompagner d’un retour de la circulation du virus à un niveau très contrôlé (5.000 à 8.000 nouvelles contaminations par jour maximum) », poursuit l’instance. En annonçant le reconfinement au moins jusqu’au 1er décembre, Emmanuel Macron a indiqué que l’objectif était de parvenir « à environ 5.000 » cas de contamination par jour, contre entre 40.000 et 50.000 actuellement.

Quel que soit le succès des mesures mises en œuvre, elles « ne suffiront » probablement « pas pour éviter d’autres vagues, après la deuxième », avertit le Conseil scientifique, qui recommandait le confinement finalement décidé. « On peut ainsi avoir plusieurs vagues successives durant la fin de l’hiver ou du printemps 2021, en fonction de différents éléments : état climatique, niveau et efficacité opérationnelle de la stratégie Tester-tracer-isoler », ajoute-t-il.

Plusieurs stratégies envisagées pour la suite

Les gouvernements seront donc confrontés à « la gestion de vagues successives de recrudescence » de l’épidémie, « jusqu’à l’arrivée des premiers vaccins et/ou traitements », peut-être au deuxième trimestre 2021. Gérer ces vagues successives peut se faire de différentes manières.

D’abord, « on peut envisager une stratégie de type on/off », c’est-à-dire une alternance de périodes de restrictions (pour limiter la circulation du virus) et de périodes de relâchement. « Est-ce possible sur le long terme ? Les Français accepteront-ils une telle stratégie, est-ce viable économiquement ? Les questions sont posées et n’ont pas de réponses à ce jour », souligne toutefois le Conseil scientifique présidé par le Pr Jean-François Delfraissy.

Autre stratégie : « maintenir le virus à un taux inférieur » au seuil de 5.000 contaminations par jour, avec une politique de « suppression de la circulation virale » comme l’ont fait « plusieurs pays d’Asie, le Danemark, la Finlande et l’Allemagne ». « Cette stratégie implique des mesures fortes et précoces à chaque reprise épidémique », juge le Conseil, selon qui elle est « la meilleure garante du maintien de l’activité économique ».