Coronavirus en Belgique : Le Premier ministre annonce « un confinement plus sévère »

EPIDEMIE La Belgique est actuellement le pays au monde où le virus circule le plus

20 Minutes avec AFP

— 

e Premier ministre belge Alexander De Croo a annoncé que le pays allait adopter un confinement plus sévère.
e Premier ministre belge Alexander De Croo a annoncé que le pays allait adopter un confinement plus sévère. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a annoncé vendredi que le pays allait passer à un « confinement plus sévère » pendant six semaines. Il a évoqué « des mesures de la dernière chance » pour tenter de ralentir la pandémie, alors que la Belgique est aujourd’hui le pays au monde où le coronavirus circule le plus.

Les mesures, détaillées lors d’une conférence de presse, incluent notamment à partir de lundi et pour « au moins un mois et demi », la fermeture des commerces « non essentiels » (hors alimentation et pharmacie) et l’obligation du télétravail pour les entreprises où il est possible.

Vacances scolaires prolongées

Le chef du gouvernement a également annoncé la limitation des invitations au domicile à une seule personne et une nouvelle prolongation de trois jours des vacances scolaires, jusqu’au 15 novembre inclus. En extérieur, il sera possible de se déplacer à quatre en respectant les gestes barrières.

« C’est un confinement… Mais qui permet aux usines de tourner, qui permettra de rouvrir les écoles prudemment après le 15 novembre, et qui ne laissera pas les gens plonger dans l’isolement », a résumé le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke. Le durcissement des mesures, justifié par la situation « critique » dans les hôpitaux, n’inclut de restrictions de déplacements.

« 2.800 personnes en soins intensifs » d’ici mi-novembre

« Notre pays se trouve dans un état d’urgence sanitaire. La pression dans les hôpitaux est immense et le personnel soignant livre des efforts surhumains pour sauver des vies chaque jour », a affirmé Alexander De Croo prédisant qu’il y aurait d’ici à la mi-novembre « 2.800 personnes en soins intensifs ».

La Belgique compte désormais plus de malades du coronavirus hospitalisés qu’au pic de la première vague, au début du printemps. Ce pays de 11,5 millions d’habitants comptait vendredi 6.187 malades dans les hôpitaux dont 1.057 en soins intensifs. Sur la dernière semaine, il a enregistré plus de 100.000 nouvelles infections (plus de 15.000 par jour en moyenne), un record.

Les experts réclamaient l'« électrochoc » d’un reconfinement

Depuis la mi-octobre, le télétravail était déjà redevenu la règle, un couvre-feu a été instauré entre minuit et 5 heures du matin, et les cafés et restaurants avaient déjà dû fermer. Mais le pays s’est divisé depuis une semaine dans la gestion de la crise sanitaire. Vendredi dernier, alors que les experts réclamaient l'« électrochoc » d’un reconfinement, Alexander De Croo avait annoncé de nouvelles restrictions limitées aux sports et loisirs, laissant les commerces et les écoles ouvertes.

Cette approche mesurée lui avait valu une salve de critiques. Quelques heures plus tard, les autorités des cinq provinces de la Wallonie, la partie francophone, avaient décidé de durcir ces mesures. Le couvre-feu y avait été fixé dès 22 heures et jusqu’à 6 heures. Les campus y avaient été fermés et les visites dans les maisons de retraite limitées à une personne. La région de Bruxelles, qui compte 1,2 million d’habitants, avait suivi dès le lendemain, en allongeant aussi le couvre-feu et en imposant la fermeture des magasins à 20 heures ainsi que l’interdiction des activités culturelles et sportives.