Coronavirus à Toulouse : Où sont les centres de consultation médicale ouverts pour faire face à la deuxième vague ?

EPIDEMIE En plus des méga-drive de dépistage PCR, des centres de consultation médicale Covid-19 ouvrent leurs portes à Toulouse pour faire face à la deuxième vague

Béatrice Colin

— 

Un test PCR à Toulouse. (illustration)
Un test PCR à Toulouse. (illustration) — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Il y a désormais cinq méga-drive de dépistage PCR à Toulouse, contre six début septembre.
  • Cette baisse s’explique par l’ouverture de sept centres de consultation Covid-19, gérés par des médecins libéraux.
  • Sur l’ensemble de la Haute-Garonne, il est prévu d’en ouvrir 23 dans les jours à venir pour faire face à la recrudescence des cas positifs.

Pas la peine de se précipiter à Borderouge ou Bellefontaine pour faire un test PCR sans rendez-vous. Ces deux méga-drive de dépistage du Covid-19, ouverts au grand public depuis plusieurs semaines, ont fermé leurs portes vendredi, à Toulouse.

Ils ont été remplacés par un autre, installé sur le parking du Zénith, où les prélèvements sont effectués le matin. Tout comme sur celui de l’esplanade Alain-Savay, sur les allées Frédéric-Mistral, ou encore aux Argoulets.

Avec les deux centres de prélèvements gérés par le CHU de Toulouse à Purpan et à la station de métro Université Paul-Sabatier, il y a désormais cinq méga-drive dans la Ville rose, contre six début septembre. Une baisse du nombre de sites qui pourrait paraître paradoxale, la situation étant plus critique aujourd’hui qu’il y a deux mois. Mais ces centres de dépistage gérés par l’Union régionale des professionnels de santé biologistes d’Occitanie et la mairie de Toulouse vont être désormais épaulés par l’arrivée à Toulouse de sept centres de consultation Covid-19, gérés eux par les médecins libéraux.

Trois cette semaine, trois le 2 novembre

Là, les personnes symptomatiques seront examinées par des praticiens, après avoir été orientées par leur médecin. « Ces centres de consultation médicale incluent le dépistage. Aujourd’hui, les médecins généralistes voient de plus en plus de gens symptomatiques dans leur cabinet, ce sont ces patients qui seront orientés vers les centres de consultation », indique François Chollet, l’élu toulousain chargé de coordonner la crise sanitaire.

L’un de ces centres de consultation, géré par SOS médecins, fonctionne déjà route d’Espagne. Deux autres ouvrent ce lundi à côté des méga-drive des Argoulets et des allées Frédéric Mistral, dans des préfabriqués mis à disposition par la mairie. Jeudi, un autre verra le jour sur le parking du Zénith. Et comme le président du conseil départemental de l’Ordre des médecins, Stéphane Oustric, s’attend à une « explosion » des cas dans les prochains jours, trois autres centres de consultation vont voir le jour le 2 novembre : aux Minimes, près du boulodrome, à Jules-Julien, sur le parking du théâtre, et aux Pradettes, près du centre d’animation de Bordeblanche.

Sur l’ensemble de la Haute-Garonne, il est prévu d’en ouvrir 23 dans les jours à venir pour faire face à la recrudescence des cas. Certains sont d’ores et déjà sur le pont à Colomiers, Saint Jory, Cornebarrieu ou encore Frouzins.