Coronavirus : Le couvre-feu étendu à 38 nouveaux départements et à la Polynésie

EPIDEMIE Quarante-six millions de Français sont désormais placés sous couvre-feu

20 Minutes avec AFP

— 

Couvre-feu à Paris
Couvre-feu à Paris — JEANNE ACCORSINI/SIPA

De nouvelles restrictions sanitaires. Le Premier ministre Jean Castex a annoncé ce jeudi l’instauration d’un couvre-feu de 21 heures à 6 heures dès vendredi soir pour « 54 départements au total ainsi qu’un territoire d’outre-mer », soit pour « 46 millions de Français ».

Le Premier ministre a annoncé le passage sous couvre-feu de 38 nouveaux départements et également pour l’intégralité des départements dont jusqu’ici seules les grandes villes étaient concernées, ainsi que la Polynésie. « Le couvre-feu s’appliquera de 21 heures à 6 heures sur l’ensemble du territoire des départements concernés et, normalement, pour une durée de six semaines », a-t-il ajouté.

Plus de 4.000 verbalisations pour non respect du couvre-feu

Les 54 départements désormais concernés par le couvre-feu sont : la Loire, le Rhône, le Nord, Paris, l'Isère, les Hauts-de-Seine, le Val-d'Oise, le Val-de-Marne, la Seine-Saint-Denis, l'Essonne, les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, les Yvelines, l'Hérault, la Seine-et-Marne, la Seine-Maritime, la Haute-Loire, l'Ain, la Savoie, l'Ardèche, la Saône-et-Loire, l'Aveyron, l'Ariège, le Tarn-et-Garonne, le Tarn, les Pyrénées-Orientales, le Gard, le Vaucluse, le Puy-de-Dôme, les Hautes-Alpes, le Pas-de-Calais, la Drôme, l'Oise, la Haute-Savoie, le Jura, les Pyrénées-Atlantiques, la Haute-Corse, le Calvados, les Hautes-Pyrénées, la Corse-du-Sud, la Lozère, la Haute-Vienne, la Côte-d'Or, les Ardennes, le Var, l'Indre-et-Loire, l'Aube, le Loiret, le Maine-et-Loire, le Bas-Rhin, la Meurthe-et-Moselle, la Marne, les Alpes-Maritimes et l'Ille-et-Vilaine.
S'ajoute à cette liste la Polynésie française.

Les forces de l’ordre ont effectué depuis samedi dernier « 32.033 contrôles et prononcé 4.777 verbalisations pour non respect du couvre-feu », a rapporté jeudi Jean Castex lors d’une conférence de presse sur l’épidémie de Covid-19.