Coronavirus à Marseille : Une brigade pour faire respecter le protocole dans les restaurants

EPIDEMIE Quelques policiers municipaux patrouillent depuis lundi dans les rues de Marseille pour faire respecter le protocole sanitaire dans les restaurants 

Mathilde Ceilles

— 

Une brigade a été crée à Marseille pour aider et contrôler les restaurateurs afin de faire respecter le protocole sanitaire
Une brigade a été crée à Marseille pour aider et contrôler les restaurateurs afin de faire respecter le protocole sanitaire — Mathilde Ceilles / 20 Minutes
  • Une brigade spécialement dédiée au contrôle des restaurants a été crée à Marseille.
  • Elle parcourt depuis lundi les rues de la ville.

« Les tables, là, elles sont un peu proches, hein… » Christophe D. interpelle Grégory, patron d’une brasserie de la place Castellane, et pointe du doigt un groupe de clients qui se retrouvent dos à dos sur la terrasse de ce restaurant en plein cœur de Marseille

Cet inspecteur de la ville de Marseille fait partie de la « brigade prévention Covid », un dispositif lancé depuis lundi par la nouvelle municipalité qui comprend deux inspecteurs, trois policiers municipaux et des agents du service des emplacements et commerce de la ville. L’objectif de cette patrouille, mobilisée à la pause déjeuner chaque jour de la semaine et censée arpenter les 16 arrondissements de la ville, est d'« accompagner les restaurateurs et de contrôler leur respect des mesures sanitaires », selon Yannick Ohanessian, adjoint en charge de la sécurité.

Aucune verbalisation

L’élu l’affirme : « Nous voulons être en capacité d’accompagner les restaurateurs, mais aussi de faire respecter les mesures. On constate que quelques-unes ne sont pas respectées, mais pour autant, tout le monde joue le jeu. ». Pour l’heure, depuis lundi, aucune verbalisation n’a été faite par cette nouvelle brigade, composée de deux équipes de sept personnes seulement. Près de 221 établissements ont été contrôlés depuis ce lundi, et 74 ont écopé d’un rappel à la loi. Des chiffres qui paraissent bien maigres au regard de l’ampleur de la tâche dans la deuxième ville de France, comme le reconnaît Yannick Ohanessian, qui se dit toutefois prêt à augmenter les effectifs si l’expérience, d’une durée d’un mois, s’avère concluante.

« J’ai sollicité le préfet de police pour qu’il mobilise des équipes pour renforcer cette brigade, affirme Yannick Ohanessian. J’attends son retour. » Et de marteler : « Si des verbalisations sont nécessaires, nous le ferons. » Une manière de contrecarrer les déclarations de la deuxième adjointe à la ville de Marseille, Samia Ghali, qui, au lendemain de la décision du gouvernement de fermer bars et restaurants à Marseille avait clamé haut et fort dans plusieurs médias que les policiers municipaux ne sanctionneraient pas les éventuels bars et restaurants qui décideraient de rester ouverts

Pour le restaurant de Grégory, Christophe D. ne prendra aucune mesure particulière. « Nous lui signalons simplement cette problématique sur la terrasse pour qu’il change sa disposition demain », lance l’inspecteur. « Respecter tout le protocole sanitaire, c’est chose impossible, soupire Grégory. Là, par exemple, si je devais mettre un mètre de distance entre les clients de dos, je n’aurais que dix clients sur cette terrasse, au lieu de 75. Et cette demande n’est pas cohérente. Le microbe va-t-il sortir de ma bouche pour ensuite faire demi-tour et aller dans mon dos ? Et moi, clairement, avec dix clients sur la terrasse, je ferme. J’ai déjà perdu 30 % de mon chiffre d’affaires. Clairement, là, on n’ouvre pas pour gagner de l’argent, mais pour garder notre clientèle. »