Coronavirus : Les hospitalisations ont augmenté de 19 % sur une semaine, selon Santé Publique France

EPIDEMIE Chaque jeudi soir, Santé Publique France publie un bilan épidémiologique sur la semaine écoulé concernant le Covid-19

Oihana Gabriel

— 

Photo illustration d un panneau qui indique un centre de depistage du Covid 19 a Bourgoin en France.
Photo illustration d un panneau qui indique un centre de depistage du Covid 19 a Bourgoin en France. — ALLILI MOURAD/SIPA
  • Pourquoi avoir imposé un couvre-feu dans certaines villes pour au moins un mois ? Les dernières données de Santé Publique France, analysées par ses épidémiologistes prouvent que la circulation du coronavirus est extrêmement élevée en France.
  • Et qu’elle continue à augmenter. Tout comme le nombre d’hospitalisations pour cette maladie.
  • Et le nombre de décès, autour de 500 la semaine passée.

Des chiffres scrutés à la loupe. Alors que la France fait face à une deuxième vague de coronavirus et que le président a annoncé un couvre-feu à partir de ce soir, minuit en Ile-de-France et dans huit métropoles, chaque semaine, Santé Publique France publie un bilan hebdomadaire sur l’épidémie très détaillé. Voici les trois informations à retenir de ce nouveau point, qui délivre les données plus robustes que le nombre de contaminations chaque jour, puisque sur une semaine entière, sur l’évolution en France du Covid-19.

Les contaminations ont augmenté de + 53%

Le nombre de nouveaux cas confirmés, 121.078 pour être précis, dévoile que la circulation du coronavirus est particulièrement élevée et en progression. En effet, du 5 au 11 octobre 2020, Santé Publique France a calculé qu’on a + 53 % de cas par rapport à la semaine précédente. Ce qui se reflète sur le taux d’incidence, passé de 118 cas/100.000 habitants à 180 cas/100 000 habitants.

« On observe une augmentation très nette du nombre de nouveaux cas et également un taux de positivité [nombre de cas positifs sur le nombre de test réalisés], qui gagne 3,2 points pour atteindre 12,2 % », détaille Sophie Vaux, épidémiologiste à l’agence sanitaire. Mais la situation épidémiologique n’est pas équivalente partout en France. En Martinique par exemple, on note une augmentation des cas, en Guadeloupe une diminution et en Guyane, une stabilisation. »

Si l’on regarde par tranches d’âge, « on voit que les plus fortes augmentations sont observées chez les plus de 45 ans, il y a donc une diffusion de l’épidémie des plus jeunes vers les plus âgés », reprend-elle. Ce que craignaient depuis des semaines les épidémiologistes. Par ailleurs, « dans les Ehpad, il existe une nette augmentation de cas confirmés dans toutes les régions », ajoute Sophie Vaux. Pas franchement de quoi rassurer donc.

Les hospitalisations augmentent de près de 20 %

Les nouvelles hospitalisations pour COVID-19 ont augmenté du 5 au 11 octobre : 5.084 contre 4.264 la semaine précédente, soit + 19 %. En revanche, on se réjouit comme on peut, les admissions en réanimation augmentent, mais faiblement : avec 910 entrées en réa cette dernière semaine (contre 893 la semaine d’avant), on voit une hausse de +1,9 %. « Les taux les plus élevés de patients en réanimation se trouvent en Ile-de-France et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca) », précise Sophie Vaux. « Le 13 octobre 2020, 8.949 cas de COVID-19 étaient hospitalisés en France dont 1.642 en réanimation », explique le point hebdomadaire. Sachant que la France compte 5.000 lits de réanimation. « Les modulations laissent à penser qu’on sera à 100 % à la mi-novembre, soulignait le chef du service de réanimation de l’hôpital Lariboisière dans cet article.

Fallait-il alors imposer un couvre-feu à l’Ile-de-France et huit métropoles pour un mois, voire six semaines, comme le préconise Emmanuel Macron ? « Il n’y a pas de formule mathématique qui puisse dire combien de temps il faut mettre en place un couvre-feu pour qu’il soit efficace, nuance Daniel Lévy-Bruhl, épidémiologiste à Santé Publique France. Ce qu’on peut dire, c’est qu’une mesure comme celle-ci n’a de sens que si elle dure suffisamment longtemps pour avoir un impact sur le niveau de circulation du virus, afin qu’on ne se retrouve pas dans la même situation qu’avant. On peut discuter de si six semaines c’est le bon chiffre, en tout cas c’est le bon ordre de valeur. »

Plus de 500 décès en une semaine

Sur toute la France, 505 décès (contre 449 la semaine précédente) ont eu lieu la semaine dernière pour cause de Covid-19, soit une hausse de +12 %. Des disparitions qui ont eu lieu essentiellement à l’hôpital, selon les données disponibles. Pour rappel, le bilan de jeudi dernier montrait une augmentation de +3 % contre +31 % la semaine d’avant.