Coronavirus : Le risque de contamination dans les avions est très faible grâce aux systèmes de ventilation

PANDÉMIE 99,7 % des particules infectées sont éliminées en cinq minutes par les systèmes de ventilation de pointe des cabines

20 Minutes avec agences

— 

Des personnes masquées dans un avion (illustration).
Des personnes masquées dans un avion (illustration). — Hector RETAMAL / AFP

Le risque d’attraper le coronavirus dans un avion est très faible si tous les passagers portent un masque. C’est le résultat d’une étude réalisée à nord de Boeing 767 et 777 par l’armée américaine et publiée ce jeudi. A l’aide de traceurs fluorescents et de capteurs, les chercheurs ont mesuré le volume d’aérosols contagieux transmis aux passagers par un mannequin simulant une personne infectée. Les passagers les plus exposés étaient logiquement ceux assis juste à côté du mannequin « infecté », ou directement devant ou derrière lui.

Selon les quelque 300 tests effectués au sol et en vol pendant une semaine en août avec la compagnie aérienne United Airlines, 99,7 % des particules infectées étaient éliminées en cinq minutes grâce au système de ventilation des avions avant d’atteindre les passagers les plus proches. En étendant la zone aux 40 sièges autour de la personne infectée, la réduction des aérosols atteignait même 99,99 %.

Des résultats rassurants

Résultat : même à pleine capacité, le niveau de transmission du virus est nul pendant douze heures de vol dans un avion. Les tests n’ont pas étudié l’hypothèse de la présence de plusieurs personnes malades ni les effets du déplacement d’une personne dans la cabine. Mais les résultats sont « encourageants », selon le responsable de l’étude.

« Aussi bien pour le 777 que pour le 767, les calculs montrent qu’il faudrait 54 heures de vol d’affilée pour inhaler une charge virale suffisante pour tomber malade », a ajouté le responsable. Depuis le début de la pandémie, l’armée américaine a suspendu la plupart de ses mouvements de troupes et de leurs familles, provoquant des retards dans les changements d’affectation et les déménagements.