Coronavirus : Près de 40.000 morts du Covid-19 non comptabilisés principalement en Europe, selon une étude

STATISTIQUE La première vague de la pandémie de coronavirus est responsable en moyenne de 20 % de plus de morts que les chiffres officiels d’une vingtaine de pays occidentaux

20 Minutes avec AFP

— 

Le Covid est responsable de plus de morts que comptabilisés dans une vingtaine de pays, selon une étude (illustration)
Le Covid est responsable de plus de morts que comptabilisés dans une vingtaine de pays, selon une étude (illustration) — MIKE SIMONS/AP/SIPA

Selon une étude publiée mercredi les calculs ne sont pas bons. Nature Medicine rapporte que dix-neuf nations d’Europe, ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont enregistré au total entre mi-février et fin mai « environ 206.000 morts de plus que prévu si la pandémie de  Covid-19 ne s’était pas produite ».

Mais comme le montre la modélisation mathématique de la revue, seulement 167.000 ont été attribués officiellement au coronavirus. La différence, environ 40.000 morts, est à mettre sur le compte de la maladie de deux façons. Directement, quand au début de l’épidémie les hôpitaux débordés n’ont pas pu tester systématiquement tous leurs patients. Et indirectement, avec des décès dus à d’autres causes, que l’encombrement des services de santé n’a pu empêcher.

Augmentation de 37 % à 38 % de la mortalité en Angleterre et en Espagne

L’Angleterre et le Pays de Galles ainsi que l’Espagne apparaissent comme les nations les plus durement touchées, avec une augmentation de 37 % à 38 % de la mortalité par rapport aux niveaux attendus en l’absence de pandémie, contre une hausse de 18 % en moyenne sur l’ensemble des pays analysés.

Suivent l’Italie, l’Ecosse et la Belgique, tandis que la France se classe au 8e rang, avec une augmentation relative des décès de 13 %. Un groupe de dix pays, dont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Hongrie ou la Norvège, a pu « éviter une augmentation perceptible des décès ».

Des décès indirects

La maladie causée par le virus SARS-CoV-2 a directement provoqué plus d’un million de morts dans le monde, selon les décomptes officiels. Elle a aussi entraîné des décès de façon indirecte, en raison de ses effets sociaux et économiques et de la perturbation des systèmes de santé (chute de revenus, retards de diagnostic, report d’opérations, baisse de l’activité physique, augmentation des suicides et des violences intrafamiliales, etc.).

A l’inverse, la baisse de la circulation routière ou l’amélioration de la qualité de l’air pendant le confinement ont pu éviter des décès qui auraient eu lieu sans la pandémie. Connaître ces effets indirects est « nécessaire pour comprendre l’impact réel de la pandémie en termes de santé publique », expliquent les chercheurs de l’Imperial College de Londres.

Chiffres similaires aux décès dus au cancer du poumon

« Ce chiffre (206.000) est similaire au nombre total des décès dus au cancer du poumon, et est plus du double de ceux liés au diabète ou au cancer du sein dans ces pays pendant une année entière », souligne dans un communiqué l’Institut national d’études démographiques (Ined), associé à l’étude.

Les chercheurs ont utilisé les données sur la mortalité depuis 2010 dans les pays étudiés, pour établir combien de décès ils auraient dû normalement compter sur la période allant de mi-février à mai 2020, si la pandémie n’avait pas eu lieu. Ils ont ensuite comparé ces chiffres au nombre de morts effectivement enregistrés au cours de cette période, toutes causes confondues, pour en déduire l’excès de mortalité imputable au Covid-19. Selon une étude publiée lundi dans le Journal of the American Medical Association, pour deux Américains dont le décès a été attribué au Covid-19, un troisième est aussi mort directement ou indirectement à cause de la pandémie.

Certaines actions ont impacté le bilan de mortalité

Selon les auteurs, les différences d’un pays à l’autre « reflètent les variations des caractéristiques de la population, des politiques, en réponse à la pandémie, et de l’état de préparation des systèmes de santé publique ». Pour minimiser le bilan de la pandémie, construire des parcours de soins permettant d’orienter correctement les patients et de prendre en charge ceux qui ont des maladies chroniques est aussi important que de lutter contre la transmission du virus, font-ils valoir.

« Les pays ayant mis en place des campagnes de test et de traçage des cas contacts efficaces et exhaustives au niveau local, ou ceux (…) ayant mis en place des mesures de confinement précoces et efficaces, ont connu un bilan de mortalité inférieur pendant la première vague », observe ainsi Jonathan Pearson-Stuttard, coauteur de l’étude, basé à l’Ecole de Santé Publique de l’Imperial College. « Au moment où nous entrons dans la deuxième vague, les programmes de test et de traçage, et le soutien aux personnes qui doivent s’isoler, représentent notre levier le plus important pour minimiser l’impact de la pandémie », ajoute-t-il.