Coronavirus : Remdesivir, anticorps expérimentaux... Quel est le traitement administré à Donald Trump ?

PATIENT X Le président américain, testé positif au coronavirus et qui doit sortir de l'hôpital ce lundi soir, serait soigné par un traitement expérimental

A.B.

— 

Le président américain Donald Trump, le dimanche 4 octobre 2020 à l'hôpital de Bethesda, près de Washington, où il est pris en charge après avoir contracté le Covid-19.
Le président américain Donald Trump, le dimanche 4 octobre 2020 à l'hôpital de Bethesda, près de Washington, où il est pris en charge après avoir contracté le Covid-19. — Tia Dufour/AP/SIPA
  • Testé positif au Covid-19 le 1er octobre, le président américain Donald Trump est hospitalisé à l’hôpital militaire de Walter Reed à Bethesda, près de Washington. Il a toutefois annoncé qu'il quittera l'hôpital ce lundi soir.
  • Il y a reçu un traitement sur mesure élaboré par ses médecins, et a été placé sous oxygène à deux reprises.
  • Donald Trump a été notamment placé sous remdesivir, un antiviral, et prend également un cocktail expérimental d’anticorps de synthèse.

Depuis quatre jours, c'est le patient le plus suivi du monde. Le soir du 1er octobre, la Maison-Blanche annonçait que le président des Etats-Unis Donald Trump avait été testé positif au Covid-19, ainsi que son épouse Melania. Une annonce faite par la porte-parole du président, Kayleigh McEnany, testée positive à son tour ce lundi.

Après trois nuits passées à l’hôpital militaire de Walter Reed à Bethesda, près de Washington, le Commander in chief assure se sentir déjà bien mieux. Il vient d'ailleurs d'annoncer qu'il quittera l'hôpital ce lundi soir, après s'être accordé dimanche une balade en voiture pour aller saluer ses partisans. Surveillé par un bataillon de médecins, Donald Trump a reçu un traitement sur mesure, et notamment des molécules expérimentales. Mais quels médicaments prend-il au juste ?

Symptômes classiques et mise sous oxygène

« Forte fièvre », fatigue, toux, et congestion nasale au début, mais pas d’essoufflement : selon le médecin du président, le Dr Sean Conley, Donald Trump a éprouvé les symptômes classiques du coronavirus, et son dernier épisode de fièvre remonterait à vendredi.

Mais Donald Trump a fait une petite frayeur aux médecins à deux reprises lorsque son taux de saturation en oxygène a chuté à des niveaux signalant que ses poumons pouvaient éventuellement être affectés : vendredi sous 94 %, et samedi à 93 %, soit en dessous du taux normal de 95 %. Le président a donc reçu un apport en oxygène vendredi à la Maison-Blanche, et peut-être samedi, son médecin étant resté évasif sur le second épisode. Il ne s’agit pas d’une intubation sous respirateur artificiel.

Depuis l’alerte de vendredi, le président s’est exprimé dans des messages vidéo sans signe manifeste de fatigue, d’essoufflement ou de toux, et il est sorti dimanche soir brièvement en voiture saluer ses partisans. De multiples personnes lui ont parlé au téléphone au cours du week-end. « Sa santé continue à s’améliorer », a assuré ce lundi matin son chef de cabinet, Mark Meadows, évoquant des « progrès incroyables ».

Remdesivir et cocktail d’anticorps expérimentaux

Dès son hospitalisation, Donald Trump a reçu plusieurs traitements habituellement donnés à des cas graves de Covid-19, bien que son état soit décrit comme s’améliorant.

Il s’est d’abord vu administrer – par intraveineuse à la Maison-Blanche vendredi – une forte dose (huit grammes) du traitement expérimental développé par la société de biotechnologie Regeneron, selon son médecin. Il s’agit d’un cocktail de deux types d’anticorps de synthèse, appelés anticorps monoclonaux, qui sont fabriqués en laboratoire et qui visent à neutraliser le coronavirus.

Des résultats préliminaires d’essais cliniques ont été prometteurs, mais le cocktail reste restreint à une administration dans le cadre d’essais cliniques, avec quelques rares exceptions au cas par cas. Une exception dont Donald Trump vient donc de bénéficier.

Le président s’est également vu prescrire un traitement de cinq jours de l'antiviral remdesivir, premier à avoir reçu une autorisation de commercialisation en urgence contre le Covid-19. Le médicament, injecté en intraveineuse une fois par jour, vise à empêcher le virus de se répliquer, et est actuellement recommandé pour les patients ayant besoin d’une mise sous oxygène.

Des corticoïdes destinés aux cas graves

Donald Trump est depuis samedi également traité par de la dexaméthasone, un corticoïde destiné aux malades sévères et hospitalisés du Covid-19, chez qui il a été prouvé qu’il réduisait la mortalité : ce médicament de la famille des stéroïdes combat l'inflammation générale qui peut provoquer de graves complications dans les poumons et les organes vitaux.

Un choix thérapeutique qui trouble les experts, qui se demandent si Donald Trump est en réalité plus malade que ce qu’en disent ses médecins, ou bien si un excès de précautions est à l’œuvre en raison de l’importance du patient, malgré les risques d’interactions entre les médicaments et d’effets secondaires.

Les trois traitements sont destinés à différentes phases de l’infection, créant la confusion sur l’état actuel du président.

Pour compléter la prise en charge thérapeutique du président, d’autres médicaments et suppléments sont donnés à Donald Trump : du zinc, de la vitamine D, de la famotidine (qui peut être utilisé contre des remontées acides), de la mélatonine (prescrite habituellement contre les insomnies), ainsi que de l’aspirine au quotidien, selon une note du Dr Sean Conley en date du 2 octobre.

Un temps convaincu par l’hydrochloroquine, le traitement défendu pas le Pr Didier Raoult, Donald Trump en a même pris à titre préventif au mois de mai. Avant de se raviser et de cesser d’en prendre. Aujourd’hui, l’hydroxychloroquine ne fait pas partie du traitement élaboré par ses médecins.