Coronavirus : Les clusters plus importants dans le secondaire et le supérieur que dans les écoles

EPIDEMIE Au sein du milieu scolaire et universitaire, 80 % des clusters viennent de l’enseignement secondaire (45,7 %) et de l’enseignement supérieur (33,3 %) 

20 Minutes avec AFP

— 

Des élèves au lycée Condorcet de St Priest en juin 2020.
Des élèves au lycée Condorcet de St Priest en juin 2020. — Bony/SIPA

Le tiers des clusters de coronavirus vient du milieu scolaire et universitaire, mais ils sont plus nombreux dans les collèges, les lycées et les universités que dans les écoles maternelles et primaires, selon les chiffres de Santé publique France.

Selon le dernier bulletin hebdomadaire de l’agence sanitaire Santé publique France, 35,9 % des 1.001 clusters en cours d’investigation sont survenus en milieu scolaire et universitaire. Derrière, on retrouve les entreprises privées et publiques (18,4 %) et les établissements de santé (10,6 %). Ce classement ne tient pas compte des clusters en Ehpad et en milieu familial.

Les fêtes étudiantes, bars et restaurants, lieux de contamination

Au sein du milieu scolaire et universitaire, 80 % des clusters viennent de l’enseignement secondaire (45,7 %) et de l’enseignement supérieur (33,3 %). Et les clusters à criticité élevée, c’est-à-dire avec un fort risque de transmission du Covid-19, se concentrent surtout dans l’enseignement supérieur et post-secondaire (42,9 %), où l’on relève un nombre moyen de 24 cas par cluster. Les autorités sanitaires ont à plusieurs reprises pointé le rôle des soirées festives dans la hausse de contaminations chez les étudiants.

« Chez les jeunes (20-40 ans) (…), il semble que les fêtes étudiantes extra-universitaires et les rencontres dans les bars/restaurants soient responsables d’un nombre important de contaminations », a déclaré le Conseil scientifique, dans un avis publié jeudi soir. Selon les chiffres de Santé publique France, les écoles maternelles, les jardins d’enfants, les centres d’éducation de la petite enfance ne représentent que 6,7 % des clusters en milieu scolaire, avec un faible taux de criticité (5,9 %) et une moyenne de 5 cas par cluster.

La contagiosité des enfants fait toujours débat

Le primaire ne concentre que 14,3 % des clusters avec un faible niveau de criticité (11,1 %) et 6 cas par cluster en moyenne. Alors que la rentrée scolaire a eu lieu il y a un mois, la contagiosité des enfants fait débat et on ne sait toujours pas avec certitude s’ils sont aussi contagieux que les adultes. Plusieurs études ont montré que les jeunes enfants semblaient peu transmettre la maladie, peut-être car ils ont moins de symptômes (puisque tousser ou éternuer augmente le risque de passer le virus à quelqu’un). Toutefois, une récente étude américaine tend vers la conclusion inverse.

Nombre d’experts appellent à distinguer les enfants des adolescents, dont le niveau de contagiosité semble davantage s’assimiler à celui des adultes. Malgré la recrudescence de l’épidémie, la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a écarté mercredi l’hypothèse d’une « fermeture généralisée des universités », en tout cas pour le moment.