Coronavirus en Italie : Des employés d’Ehpad souffrent de stress post-traumatique, d’après une étude

TRAVAIL L’étude a été réalisée dans le Nord de l’Italie, la zone la plus touchée du pays par le coronavirus

20 Minutes avec AFP

— 

Dans un Ehpad, ici à Toulouse. (illustration)
Dans un Ehpad, ici à Toulouse. (illustration) — FRED SCHEIBER/SIPA

Pas loin de la moitié des salariés et soignants de maisons de retraite ont souffert de syndromes d’anxiété ou de stress post-traumatique (SSPT) à cause de la crise du Covid-19, selon une étude menée dans le nord de l’Italie, publiée mercredi. La proportion de troubles d’anxiété (modérés ou sévères) et/ou de symptômes de stress post-traumatique (modérés ou sévères) a atteint 43 % parmi la population ciblée par l’étude, avec une prédominance du SSPT.

Au total, un peu plus d’un millier de personnels de maisons de retraite ont été soumis à des questionnaires de dépistage, dans 33 établissements du nord de l’Italie, la zone du pays la plus durement touchée par le Covid-19 au printemps. « Vue la gravité de la situation, nous nous attendions à une prévalence raisonnablement forte, mais pas à ce point », a expliqué l’une des auteures de l’étude, Elena Rusconi, professeure au département de psychologie et de sciences cognitives à l’université de Trente.

« Une population largement ignorée »

Ces personnels représentent « une population largement ignorée », « qui joue un rôle très sensible et crucial dans notre société et sur laquelle la pandémie de Covid-19 a fait peser un fardeau particulièrement soudain et lourd », écrit-elle avec les co-auteurs de l’étude, publiée dans la revue Royal Society Open Science.

Pour les auteurs de l’étude, de tels chiffres peuvent s’expliquer par la multiplication des facteurs de risques de stress, ajoutés à la peur de contracter le virus. Parmi eux, une forte proximité avec les résidents pouvant causer une charge émotionnelle plus importante. Les restrictions sanitaires ont été d’autres sources de tensions, les personnels devant gérer les relations avec les familles privées de visite et les annulations ou restrictions d’activités de groupe au sein des établissements.

« Enfin, les personnels de ces établissements ont déploré des lacunes dans les informations sur les procédures pour contenir la propagation du virus, un manque de médicaments et de matériel de protection, un manque de personnel et des difficultés à transférer les patients atteints du Covid-19 dans les hôpitaux, ou à les isoler au sein de l’établissement », écrivent les auteurs de l’étude. Qui appellent à une « évaluation urgente et approfondie de l’état psychologique » de tous les personnels de maisons de retraite.