Coronavirus à Marseille : Les hôpitaux commencent à déprogrammer des opérations face à la seconde vague

EPIDEMIE Pour faire face à l’épidémie de coronavirus, les hôpitaux marseillais commencent à déprogrammer des opérations

Mathilde Ceilles

— 

Des soignants de l'AP-HM
Des soignants de l'AP-HM — Christophe Simon/AP/SIPA

C’était une solution que l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM) voulait éviter à tout prix. Mais face à la seconde vague de l’épidémie de coronavirus qui touche la deuxième ville de France, l’AP-HM a commencé à déprogrammer des opérations, selon des déclarations de sa direction ce mardi lors d’une conférence de presse.

« Nous comptons une dizaine de déprogrammations cette semaine », tient à relativiser le professeur Dominique Rossi, président de la commission médicale d’établissement de l’AP-HM.

Un renfort de la réserve sanitaire

En revanche, contrairement à ce qu’affirmait une source gouvernementale au Journal du Dimanche le week-end dernier, aucun transfert de patient vers un autre département n’a pour l’heure été réalisé en lien avec ce surplus d’activité lié au Covid-19, selon l’Agence régionale de santé. « Une équipe d’une vingtaine de personnes est arrivée en soutien encore hier », précise Jean-Olivier Arnaud, directeur général de l’AP-HM. Ces 16 soignants issus de la réserve sanitaire viennent prêter main-forte dans les services de réanimation des hôpitaux marseillais, alors que l’AP-HM manque toujours de 27 médecins et 257 personnels non médicaux pour faire face à l’épidémie.

Selon les chiffres communiqués ce mardi par l’Agence régionale de santé, 170 malades atteints du Covid-19 étaient hospitalisés dans les hôpitaux de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ce mercredi, dont 120 uniquement dans les Bouches-du-Rhône et 50 à l’AP-HM.