Coronavirus en Pays-de-la-Loire : La région résiste mieux mais le virus gagne du terrain dans les grandes villes

EPIDEMIE Aucun département n'est, pour l'heure, placé en « alerte renforcée ». La Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire et la Sarthe sont en « zone d'alerte »

Frédéric Brenon

— 

La rue Jean-Jacques Rousseau en centre-ville de Nantes (illustration)
La rue Jean-Jacques Rousseau en centre-ville de Nantes (illustration) — L.Venance/AFP
  • Le virus progresse en Pays-de-la-Loire mais la région demeure moins touchée que la moyenne nationale.
  • Les taux d'incidence les plus élevés se trouvent dans les grandes villes, en particulier Angers, Le Mans et Cholet.

Les Pays-de-la-Loire font désormais partie des rares régions​ ne comptabilisant aucun département placé en « alerte renforcée » pour la circulation du coronavirus. Avec un taux d’incidence de 59,1 nouveaux cas pour 100.000 habitants et un taux de positivité de 4,2 %, la région restait ce jeudi soir bien deçà de la moyenne nationale (99,3 cas pour 100.000 et 6,2 %), annonce l'agence régionale de santé (ARS).

Les départements les plus touchés par les contaminations sont la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire et la Sarthe, tous trois classés en « zone d’alerte », catégorie 2 sur 4 de la nouvelle classification du gouvernement. La Mayenne et la Vendée sont seulement classées « zone de circulation active ». Aucun de ces cinq n’est donc, pour l’heure, concerné par les réductions d’horaires des bars, les fermetures de salles de sport ou les interdictions de rassemblements au-delà de 10 personnes.

Ça monte dans les grandes villes

« Il ne faudrait pas croire que, parce que notre région apparaît sous les indicateurs nationaux, on pourrait se permettre de relâcher la vigilance. C’est essentiel de ne pas relâcher les efforts, en particulier dans la sphère privée », insiste Jean-Jacques Coiplet, directeur de l’agence régionale de santé.

Il faut dire que la situation des grandes villes régionales est davantage préoccupante. Le taux d’incidence d’Angers vient ainsi d’atteindre 170 cas pour 100.000 habitants, celui du Mans s’élève à 138, celui de Cholet monte à 135. A Nantes métropole, le taux d’incidence est stable autour de 100 cas pour 100.000 habitants.

En parallèle, le nombre d’hospitalisations pour Covid-19 progresse lui aussi, de même que le nombre de malades en réanimation. Mais il n’y a pas encore de surcharge des hôpitaux.

Contrôles renforcés sur le masque

Dans ce contexte, le préfet de région, Didier Martin, annonce des contrôles renforcés concernant le port du masque dans l’espace public, en particulier dans les bars et restaurants. Trois établissements de nuit de l’agglomération nantaise, suspectés de ne pas avoir bien respecté les règles, font d’ailleurs l’objet d’une enquête administrative et risquent des sanctions, indique le préfet.

Par ailleurs, le masque sera, à partir de samedi, obligatoire à Châteaubriant (Loire-Atlantique). Il l’était déjà dans huit communes de ce département : Nantes, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire, Bouguenais, Orvault, Vertou, Couëron et Carquefou.