Coronavirus : Le gouvernement va annoncer ce soir une nouvelle carte avec des zones « super-rouges » et « écarlates »

MEGA-ROUGE Olivier Véran doit tenir sa conférence de presse hebdomadaire ce mercredi soir

20 Minutes avec AFP

— 

Olivier Véran est ministre de la Santé depuis février 2020.
Olivier Véran est ministre de la Santé depuis février 2020. — ISA HARSIN/SIPA

Le gouvernement va présenter ce mercredi une nouvelle cartographie de l’épidémie, qui fera passer plusieurs métropoles, dont Paris, en catégories « super-rouge » ou « écarlate », ce qui induira une série de nouvelles restrictions sanitaires.

Après un conseil de défense consacré au Covid dans la matinée, le ministre de la Santé Olivier Véran doit dévoiler ces dispositions lors de sa conférence de presse hebdomadaire à 19 heures, selon une source gouvernementale.

Paris et Marseille en zone « écarlate » ?

Alors que l’épidémie connaît un net regain depuis plusieurs semaines en France et ailleurs en Europe, l’attention se focalise en particulier sur les grandes villes. Dans les métropoles concernées, les préfets seront chargés d’annoncer les mesures locales rapidement, après concertation avec les maires. Alors que le Conseil scientifique appelle à des contraintes plus strictes dans les 20 grandes métropoles, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Lille et Marseille ont toutes déjà annoncé ces derniers jours de nouvelles restrictions pour tenter d’enrayer le rebond du virus qui a fait au moins 31.416 morts en France.

Aucune grande métropole n’était jusque-là classée « écarlate », le plus haut niveau de circulation du virus avant celui d’état d’urgence sanitaire. Paris ou Marseille pourraient notamment être concernées. Dans ses scénarios de réponse à la crise - fermeture ou semi-fermeture des bars, visites limitées dans les Ehpad, limitations des rassemblements… - le ministre ne devrait cependant pas recommander ce mercredi de reconfiner de centre-ville, mesure qui correspondrait plutôt à la catégorie d’urgence sanitaire.

Paris au seuil d’alerte

Le conseil de défense a également abordé la question des tests, où « l’embouteillage se poursuit », a reconnu le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Mais le calendrier de déploiement des nouveaux tests rapides ou des tests salivaires ne devrait être arrêté que la semaine prochaine. Gabriel Attal a également évoqué la possibilité de nouvelles mesures d’aides si des secteurs économiques étaient impactés par le tour de vis sanitaire. Paris, où le taux d’incidence du virus est remonté en flèche et atteint désormais 204 cas pour 100.000, selon le ministère, soit davantage qu’à Lyon, devrait à son tour être soumise à des mesures plus strictes. Le taux de positivité est de 9,9 % dans la capitale pour la semaine du 13 au 19 septembre, avoisinant le seuil d’alerte.

Selon des sources concordantes, lors d’une réunion lundi entre l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France, la mairie et la préfecture de police de Paris, ont été envisagées l’interdiction de vente d’alcool à partir de 20 heures, l’interdiction de tout rassemblement au-delà de 10 personnes, ainsi que la baisse de la jauge maximale autorisée pour les grands rassemblements de 5.000 à 1.000 personnes. Est également envisagée l’interdiction de location de salle pour des fêtes, y compris pour des mariages. Aucune mesure ne serait en revanche envisagée pour les Ehpad de la région parisienne, les transports, ni de restrictions d’horaires pour les bars et restaurants, rejetées catégoriquement par la maire de Paris Anne Hidalgo. La Mairie de Paris met en garde contre des mesures trop contraignantes qui handicaperaient la vie économique et sociale.