Coronavirus à Marseille : « Ça commence à tirer », face à la seconde vague, l'AP-HM manque de bras

EPIDEMIE L’AP-HM cherche à recruter 200 infirmières alors que Marseille fait face à une vague d’épidémie de coronavirus qui ne faiblit pas

Mathilde Ceilles

— 

Un soignant à Marseille lors de l'épidémie de coronavirus
Un soignant à Marseille lors de l'épidémie de coronavirus — Daniel Cole/AP/SIPA
  • L’AP-HM cherche à recruter 200 infirmières, dont des infirmières en réanimation, pour prêter main-forte à un personnel épuisé par l’épidémie de coronavirus.
  • Ce recrutement est urgent, puisque l’épidémie gagne sans cesse du terrain à Marseille.
  • Le manque de soignants dans les hôpitaux marseillais est toutefois une réalité depuis des années.

Deux cents personnes à recruter en urgence. Le chiffre est colossal et c’est pourtant celui donné par l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille, il y a quelques jours, lors d’une grande campagne de communication que les hôpitaux marseillais ont lancé comme un appel à l’aide.

Alors que les soignants font face à une seconde vague d’épidémie de coronavirus, au point qu’Olivier Véran envisage des mesures plus drastiques encore pour endiguer la pandémie, l’AP-HM est en cruel manque de personnel, et notamment d’infirmières en réanimation. Pour l’heure, seul la moitié de ses postes a été pourvue.

« En réanimation, il nous faudrait théoriquement une infirmière pour deux patients

, explique Karen Inthavong, coordinatrice générale des soins à l’AP-HM. On a déjà pu recruter une centaine d’infirmières très rapidement mais aujourd’hui, la source s’est tarie. Pendant le confinement, on pouvait compter sur le renfort d’autres services. Aujourd’hui, ce n’est plus possible. On voudrait ouvrir des lits, transformer des services mais cela nous demande plus de personnel. Et ca ne sert a rien d’ouvrir un service si on ne peut l’armer de personnes ! Sinon, on sera obligé de déprogrammer des opérations, et ce n’est pas notre objectif. »

« Ça commence à tirer »

« On manque cruellement de personnel, soupire Sabine Valéra, infirmière en réanimation à l’hôpital Nord et présidente de la fédération des infirmiers en réanimation. Les soignants sont super fatigués de la première vague. Dans mon service, il y a un nombre d’arrêts maladie incroyable, aux alentours de 20 % Au déconfinement, il a fallu rattraper le retard des opérations qui avaient été déprogrammées. Ça commence à tirer, et on se dit qu’on a besoin d’une pause. »

Cette réalité n’est toutefois pas nouvelle à Marseille. Bien avant l’épidémie de coronavirus, en juillet 2019 comme le rapportait 20 Minutes, l’AP-HM cherchait déjà 200 soignants, et caracolait en tête du taux d’absentéisme des hôpitaux français avec pas moins de 10 %. « Cet absentéisme ne nous a pas aidés », soupire Karen Inthavong.

Cure de restrictions

« Je crois surtout que le problème, c’est que le métier n’est plus attractif, regrette Sabine Valéra. On embauche à 1.600 euros par mois. Nous ne sommes pas alignés sur le salaire d’autres professions d’utilité publique, comme les éboueurs. Et puis il y a la pénibilité ! Etre applaudi à 20 heures ok, mais on aurait aimé peut-être un peu plus de reconnaissance, notamment de la part de l’Etat. »

Avant le confinement, pour obtenir des aides significatives de l’Etat, l’AP-HM s’était résignée à s’octroyer une cure d’économie, à travers la suppression de nombreux lits et une rationalisation à tous les étages. Aussi, alors qu’Olivier Véran s’est une nouvelle fois inquiété publiquement de l’épidémie du coronavirus à Marseille ce jeudi, le premier adjoint à la mairie de Marseille ne cache pas son agacement.

« Au lieu de distribuer les bons et les mauvais points, j’appelle […] le ministre de la Santé à apporter une solution concrète face à l’abandon de notre système de santé publique, tacle le socialiste Benoît Payan dans un communiqué. Depuis la première vague du Covid-19, nous demandons à l’Etat d’investir un milliard d’euros pour l’AP-HM ; c’est la vraie réponse attendue par les soignants, les soignés et les habitants de notre ville. »