Lyon : Une étude ambitieuse en « vie réelle » pour accélérer la recherche sur le lymphome

SANTE Le projet Realysa va inclure 6.000 patients qui seront suivis durant 9 ans

Caroline Girardon

— 

Pour la première fois, l'étude Realysa, qui vise à accélérer la recherche sur le symphome, sera menée en vie réelle auprès des patients. (illustration)
Pour la première fois, l'étude Realysa, qui vise à accélérer la recherche sur le symphome, sera menée en vie réelle auprès des patients. (illustration) — ergei Karpukhin/SIPA
  • Une étude nationale baptisée Realysa est actuellement menée dans toute la France.
  • Elle ambitionne d’accélérer la recherche sur le lymphome et la prise en charge des malades.
  • Pour la première fois, cette étude sera menée « en vie réelle » auprès de 6.000 patients.

Accélérer la recherche sur le lymphome et la prise en charge des malades. C’est le but d’une étude nationale baptisée Realysa menée par le Lysa (groupe coopérateur en hématologie spécialisé dans le lymphome), en collaboration avec le réseau des registres de cancers Francim et les HCL, hospices civils de Lyon. Une étude « ambitieuse » qui va suivre durant neuf ans 6.000 nouveaux patients atteints de lymphomes répartis sur tout le territoire.

« L’objectif est de pouvoir améliorer les connaissances sur ces maladies complexes et de mieux comprendre le parcours de soins des patients ainsi que l’efficacité des traitements », expose d’emblée Fanny Cherblanc, cheffe de projets cliniques en poste au Lysarc, la structure opérationnelle en charge de la mise en place de l’étude.

« La particularité de cette étude est d’être en vie réelle. Nous collectons des données tous les jours sur des patients de tous âges qui ne sont pas inclus dans les essais cliniques, généralement très sélectifs, complète Fanny Cherblanc. Les seules données que nous avons aujourd’hui sont celles de ces essais auxquels participent seulement 10 à 15 % des malades ». Dont très peu de personnes âgées ou souffrant de problèmes cardiaques, d‘où une perte importante d’information concernant la grande majorité des patients.

18.000 nouveaux cas chaque année en France

Les chercheurs ambitionnent ainsi de mieux cerner les facteurs environnementaux, médicaux ou personnels pouvant expliquer l’apparition de la maladie et son évolution. Mais également de décrypter les raisons pour lesquelles certains patients répondent bien aux traitements et d’autres rechutent malgré une amélioration, depuis le début des années 2000, de la prise en charge du lymphome, considéré comme le « sixième cancer » en France avec 18.000 nouveaux cas chaque année.

« Il s’agira aussi de mesurer les répercussions du lymphome et des traitements sur la qualité de vie de patients, que ce soit chez eux, au travail, en famille », poursuit la cheffe de projets cliniques.

Compléter les essais cliniques

« De nombreux services d’hématologie se mobilisent à travers toute la France pour recruter des patients », complète le Pr Hervé Ghesquières, hématologue à l’Hôpital Lyon-Sud et investigateur coordinateur de l’étude, précisant que 1.000 personnes l’ont intégrée depuis son lancement en novembre 2018.

Pour autant, pas question d’opposer ce projet aux essais cliniques en cours. « Notre étude vient les compléter, précise Fanny Cherblanc. Par exemple, on cherchera à savoir si tel ou tel traitement s’avère aussi efficace dans la vraie vie qu’en essais cliniques. Ce qui peut contribuer à conforter les remboursements des médicaments existants », conclut-elle.