Coronavirus : En Guadeloupe, le CHU au bord de la « saturation », s’alarme son directeur

EPIDEMIE L’afflux de patients malades du Covid-19 ou suspectés de l’être ne cesse d’augmenter au CHU de la Guadeloupe au point que son directeur tire ce jeudi la sonnette d’alarme

20 Minutes avec AFP

— 

Le CHU de Pointe-à-Pite en Guadeloupe (image d'illustration).
Le CHU de Pointe-à-Pite en Guadeloupe (image d'illustration). — JEAN-MICHEL ANDRE / AFP

Le centre hospitalier de la Guadeloupe, basé à Pointe-à-Pitre, est au bord de la «saturation» face à l'«afflux continu et grandissant de patients» liés au Covid-19, a alerté mardi le directeur de l'établissement.

«L'afflux de patients suspects ou confirmés ne cesse d'augmenter» au CHU de la Guadeloupe, souligne Gérard Cotellon dans un courrier daté de mardi, adressé au préfet Alexandre Rochatte et à la directrice générale de l'Agence régionale de santé (ARS), Valérie Denux.

50 patients accueillis mardi, contre quatre le 13 août

L'établissement accueillait mardi «50 patients» atteints de Covid-19, contre quatre le 13 août, indique le courrier, que l'AFP s'est procuré. Le 4 septembre, la Guadeloupe comptait officiellement 23 morts liés au Covid-19. Selon le CHU, mardi, 20 patients Covid étaient hospitalisés en réanimation, contre 11 trois jours plus tôt.

«Nous craignons, à terme la saturation de notre système», s'alarme Gérard Cotellon. «La prise en charge des patients 'Covid' se fait désormais au détriment de celle des patients non Covid», souligne-t-il, appelant à davantage de «solidarité des établissements partenaires».

«Nous n'avons jamais cessé d'avoir des renforts [...] mais malheureusement Santé Publique France n'a pas toujours les profils nécessaires», a répondu Valérie Denux, directrice générale de l'ARS Guadeloupe, sur Radio Caraïbes International, mercredi.

L’ARS Guadeloupe « inquiète » de la situation sanitaire dans l’archipel

«Effectivement, le CHU est proche de la saturation mais (...) pour pouvoir monter en puissance pour la prise en charge du Covid, il faudra qu'il arrête certaines activités ou que certaines activités soient déportées sur d'autres établissements, c'est déjà le cas», a-t-elle précisé.

Interrogée sur la situation sanitaire dans l'archipel, classé en zone rouge (circulation active du virus), elle a reconnu être «inquiète». Un nouveau confinement est «régulièrement évoqué» mais il s'agirait d'«une catastrophe pour notre territoire», a-t-elle dit.

Dans ce contexte, le syndicat UTS UGTG a déposé un préavis de grève pour le 16 septembre dans le service de chirurgie digestive, exigeant notamment «la suppression des 10 lits de médecine installés pour COVID sans protocole de prise en charge particulière, ni moyens dédiés en effectifs et matériels».

Un appel lancé au gouvernement pour avoir plus de moyens 

La présidente du Conseil départemental, Josette Borel-Lincertin, également présidente du conseil de surveillance du CHU, a déclaré mercredi dans un communiqué partager «pleinement les préoccupations exprimées par le directeur» et «en appelle au gouvernement pour que les moyens demandés par le CHU soient rapidement déployés en Guadeloupe».