Coronavirus : Lunettes embuées, oreilles cisaillées, allergies… Comment éviter que le port du masque non-stop ne vous rende fou

CONSEILS PRATIQUES Avec le port du masque obligatoire dans les transports, en entreprise et en extérieur dans de nombreuses villes, certains découvrent des désagréments tels que la buée sur les lunettes ou les oreilles cisaillées

Oihana Gabriel

— 

Illustration d'une femme avec un masque et des lunettes.
Illustration d'une femme avec un masque et des lunettes. — Pixabay
  • Le masque porté toute la journée peut provoquer des réactions indésirables : buée sur les lunettes, douleurs aux oreilles ou sur le nez, boutons.
  • Pour limiter ces gênes, 20 Minutes a demandé conseil à une opticienne et à un dermatologue.
  • Pansement, bonne position du masque, trombone… Voici quelques astuces pour éviter que le port du masque 10 heures par jour ne devienne un enfer.

Une rentrée floue. A l’incertitude qui plane sur les fermetures d’écoles et les suites de l’épidémie de Covid-19 s’ajoute, pour certains d’entre nous, une nouvelle gêne : la vue embuée. Avec le masque qui doit être porté toute la journée dans  les entreprises (ou presque) depuis le 1er septembre et en extérieur dans certaines villes de France, les porteurs de lunettes ne sont en effet pas à la fête.

Plus largement, les Français découvrent les désagréments du port du masque dix heures par jour, que les soignants connaissent bien. On l’a compris, le masque n’est pas une option en ces temps de pandémie et protège (à condition de bien le mettre). Et pour éviter les petites contrariétés côté yeux, peau et oreilles, 20 Minutes a demandé conseil à des spécialistes.

Comment éviter la buée sur les lunettes ?

Pourquoi tout ce brouillard sur les verres ? A cause de la différence de température entre l’air expiré, à 37 °C, et les verres, nettement moins chauds. Or, avec un masque posé sur le nez et la bouche, la condensation va chercher à s’échapper par le haut. « Cet hiver, ce sera pire parce qu’il ne fera plus 30 °C dehors », prévient Karine Lebonnois, opticienne chez Atol les opticiens. On n’a donc pas fini d’essuyer nos lunettes…

Le secret, c’est de bien positionner votre masque, le plus haut possible et le plus près de votre visage. « La solution, c’est l’adhérence », synthétise Laurence Desjardins, ophtalmologiste. D’où l’importance d’avoir un masque pas trop grand, ou de faire un nœud derrière les oreilles. « Il faut éviter que l’air expiré monte sur les verres, donc si vous avez un masque chirurgical, vous pincez bien la petite barrette sur le haut du nez, reprend l’opticienne. Si vous fabriquez un masque en tissu, pensez à intégrer une petite barrette à l’intérieur. » Et pour éviter de ressortir la machine à coudre, on peut rajouter à l’extérieur une pince (comme la pince-mi ) ou plus simplement un petit sparadrap. « Il faut que le bas de la monture [des lunettes] repose sur le masque », reprend-elle. Le poids des lunettes peut aider. « L’avantage, c’est qu’on a le nez bien couvert, ce qui est aussi efficace par rapport au Covid ! »

Et si ça ne suffit pas ? Les opticiens vendent des sprays anti-buée, à mettre sur les verres deux fois par jour, tout en essuyant bien. Ils proposent également des verres avec le traitement anti-buée intégré. « Cela peut être une bonne idée pour ceux qui vont changer leurs lunettes, car j’ai l’impression qu’on va mettre longtemps le masque… », soupire Karine Lebonnois. Qui reconnaît que ces verres ne promettent pas zéro buée, mais « il y en aura moins et elle va partir plus vite ». L’opticienne met en garde, en revanche, contre des recettes de grand-mère qui pourraient être contre-productives. « Laver vos verres avec du dentifrice ou de la mousse à raser, ça va les abîmer et supprimer les traitements », prévient-elle. Quant à mettre un peu d’eau savonneuse, « c’est très bien pour nettoyer les lunettes, mais ça n’a aucun effet anti-buée. Et surtout, éviter l’eau chaude, qui risque d’abîmer les traitements. Et n’oubliez pas de sécher avec une lingette microfibre ou un chiffon doux. Mais pas d’essuie-tout, qui raye les verres. »

Comment éviter les douleurs aux oreilles ?

Vous l’avez peut-être remarqué, mais au bout d’une semaine à porter le masque quasiment non-stop, les oreilles s’en retrouvent endolories. Premier constat : certains élastiques, notamment très fins, sont plus désagréables à porter que d’autres. Donc si vous en fabriquez un maison, la qualité de l’élastique compte. « Le masque est obligatoire et c’est pour votre santé, introduit Marc Perrussel, dermatologue et vice-président du Syndicat national des dermatologues. Mais c’est vrai que ça provoque parfois de petits désagréments. Si vous ne supportez pas les élastiques, vous pouvez mettre des masques avec des lanières derrière la tête, ce que beaucoup de soignants portent ; ça évite la pression sur le dessus des oreilles, qui peut être douloureuse. » Autre solution : alterner entre un masque en tissu avec des lanières et un masque chirurgical, parfois plus agréable pour respirer. « Si on n’a qu’un masque chirurgical, vous pouvez mettre un peu de coton sous l’élastique, ce qui permet d’éviter un frottement avec le pli de l’oreille », reprend le dermatologue. Des internautes suggèrent également de coudre un bouton sur un bandeau, une casquette ou un chapeau pour éviter que l’élastique ne vous cisaille l’oreille. Ou proposent d’utiliser un trombone ou une fine bande de tissu avec deux boutons pour accrocher le masque derrière la tête.

Peut-on mettre de la crème hydratante derrière l’oreille avant de chausser son nouveau compagnon en tissu ? Aucun intérêt, répond sans détour Marc Perrussel. « Quand vous mettez un élastique autour de votre poignet, au bout d’un moment, ça va vous brûler. Parce que le garrot qui s’effectue provoque une gêne. Eventuellement, on peut se masser pendant trente secondes pour que la circulation sanguine se rétablisse. » Même astuce si l’on souffre au niveau de l’arête du nez, au niveau de la barrette bien serrée. « Si vous descendez le masque sous le nez, son utilité tombe à zéro, rappelle le dermatologue. En revanche, vous pouvez mettre un petit sparadrap pour les ampoules, par exemple au niveau de l’arête du nez. Ça va mouler et ça évite une pression directe sur la peau. »

Finira-t-on tous, en 2021, avec les oreilles décollées ? « Aucun risque, rigole le spécialiste. Sinon, il y aurait beaucoup de chirurgiens qui ressembleraient à Dumbo ! Quand j’étais au bloc, je passais 8 heures par jour avec un masque… »

Et la poussée de boutons ?

La peau confinée sous le masque toute la journée n’apprécie pas forcément… Et certains se retrouvent avec une poussée de boutons noirs, de plaques rouges et une explosion d’acné. « Le port du masque favorise la prolifération bactérienne, comme les couches pour bébés, synthétise le dermatologue. Pas étonnant si nos collégiens passent en cette rentrée masquée par une explosion d’acné, puisque cela aggrave ce problème de peau. Les adultes peuvent remarquer des poussées de sébum, qui irritent la peau. Troisième risque : des poussées de rosacée [une maladie dermatologique fréquente], de plaques rouges et de pustules, qui se localisent autour de la bouche. » De quoi être ravi, paradoxalement, de cacher votre visage sous le masque…

Pour ceux qui souffraient déjà, avant le Covid, de problèmes de peau, mieux vaut suivre son traitement à la lettre, voir l’adapter en parlant avec son médecin. Et se nettoyer la peau avec des produits doux, adaptés aux peaux réactives. Autre petit conseil : « c’est important de mettre son traitement le soir, quand on n’est pas obligé de porter le masque », pour qu’il pénètre bien la peau aérée, insiste le dermatologue.

Ces réactions cutanées ne doivent pas faire paniquer. Car certains internautes s’interrogent : peut-on devenir allergique au masque ? « Certaines personnes peuvent développer une allergie aux masques, notamment colorés, mais cela reste très rare, autour de 0,5 % de la population, rassure Marc Perrussel. On peut être allergique aux colorants du masque ou à la lessive avec laquelle il est lavé (notamment aux huiles essentielles, au parfum)… La première chose à faire, c’est de trouver la cause ». Afin d’acheter un masque sans colorant ou de changer de lessive…