Coronavirus : Le coût du vaccin développé par Sanofi et GSK sera « à moins de 10 euros »

MARCHÉ Pour la partie européenne, le vaccin sera fabriqué en France, à Vitry-sur-Seine

20 Minutes avec AFP
Une séance de vaccination (photo d'illustration).
Une séance de vaccination (photo d'illustration). — JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Le coût du futur vaccin en cours d’élaboration par les laboratoires Sanofi et GSK contre le Covid-19 « n’est pas tout à fait défini encore », mais sera « à moins de dix euros » la dose, a déclaré Olivier Bogillot, président de Sanofi France, ce samedi sur France Inter.

« Les Français et les Européens auront le vaccin de Sanofi au même moment que les patients américains », a-t-il assuré. « On a signé au cours de l’été avec les Américains, la même semaine avec les Européens et avec les Britanniques », a-t-il résumé : les Etats-Unis auront environ 100 millions de doses, les Européens 300 millions et la Grande-Bretagne 60 millions.

Pour la partie européenne, le vaccin sera fabriqué en France, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), a rappelé le responsable en saluant l’association de son groupe avec le britannique GSK pour cette opération. « Ce n’est pas commun de s’associer à un concurrent mais c’est plutôt sain dans cette guerre contre le Covid », a-t-il estimé. Des « millions de doses » seront aussi fournies aux pays en développement via la structure Sepi à des conditions tarifaires « tout à fait exceptionnelles ».

Peu de sous-traitance du côté de Sanofi

« On est en train de mesurer l’ensemble des coûts de production qui vont être les nôtres dans les mois qui viennent », a déclaré le président du laboratoire pharmaceutique. « On sera à moins de dix euros » la dose, a-t-il estimé en saluant le « partage des risques avec les Etats » qui permet d’avoir des prix « les plus faibles possible ».

Revenant sur le prix autour de 2,50 euros la dose annoncé par le laboratoire concurrent anglo-suédois AstraZeneca, Olivier Bogillot a expliqué la différence par le fait que Sanofi utilise toutes ses ressources « en interne », ses « propres chercheurs et ses propres usines » pour développer et produire le vaccin, alors qu’AstraZeneca « a beaucoup sous-traité la production ».