Coronavirus : Sanofi et GSK démarrent les tests sur l'homme pour leur candidat vaccin

RECHERCHE D'autres candidats vaccins sont plus avancés dans cette course inédite au vaccin contre le Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du laboratoire pharmaceutique français Sanofi, qui lance un essai clinique de phase 1 jeudi 3 septembre 2020.
Illustration du laboratoire pharmaceutique français Sanofi, qui lance un essai clinique de phase 1 jeudi 3 septembre 2020. — AFP

Un pas de plus dans la recherche d’un vaccin contre le coronavirus ? Le laboratoire français Sanofi va lancer ce jeudi l’essai clinique sur l’homme pour le candidat vaccin contre le Covid-19 qu’il développe avec le britannique GSK, après des essais pré-cliniques « prometteurs », selon un communiqué. « Les études précliniques révèlent un profil de sécurité et d’immunogénicité prometteur. »

Basé sur le vaccin contre la grippe saisonnière

Le lancement de ces essais cliniques de phases 1 et 2 est « une étape importante et un pas de plus vers le développement d’un vaccin potentiel pour nous aider à vaincre le Covid-19 », a déclaré Thomas Triomphe, vice-président exécutif de Sanofi Pasteur, cité dans le communiqué.

Le candidat vaccin, développé en partenariat avec GSK, repose sur la technologie à base de protéine recombinante que Sanofi a employée pour produire un de ces vaccins contre la grippe saisonnière et sur un adjuvant développé par GSK.

Recrutement de 440 participants volontaires

Les laboratoires vont recruter 440 participants en bonne santé pour conduire cet essai randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo, qui permettra d’évaluer la tolérance et la réponse immunitaire du candidat vaccin.

« Nous attendons avec impatience les données de cette étude qui, si elles sont positives, nous permettront de passer en phase 3 (la dernière avant une éventuelle mise sur le marché) d’ici à la fin de l’année », précise dans le communiqué Roger Connor, président de GSK Vaccines.

Espoir de demander une homologation début 2021

Les deux entreprises espèrent pouvoir présenter une demande d’homologation dans le courant du premier semestre de 2021, et ont augmenté leurs capacités de production « pour pouvoir assurer la fabrication de jusqu’à un milliard de doses en 2021 ». « Sanofi et GSK s’engagent à mettre ce vaccin à la disposition de tous », assurent les laboratoires dans le communiqué.

Plusieurs pays ont d’ores et déjà réservé des doses du candidat vaccin – 60 millions de doses sont notamment promises au gouvernement britannique, la Commission européenne en a réservé 300 millions, et les Etats-Unis 100 millions avec une option pour jusqu’à 500 millions de doses supplémentaires à plus long terme.

Selon le communiqué, « les deux partenaires prévoient également de mettre une portion significative de leur production totale 2021/2022 à la disposition de Covax ». Le disposititif Covax, destiné à acheter et distribuer équitablement deux milliards de doses en 2021, a été monté à l’initiative de l’Organisation mondiale de la Santé, de la Coalition pour l’innovation en matière de préparation aux épidémies (Cepi) et de l’organisation l’Alliance pour le vaccin, Gavi.

D’autres candidats vaccins plus avancés

Ailleurs dans le monde, d'autres candidats vaccins sont à des stades plus avancés, notamment celui du laboratoire américain Pfizer et la jeune « biotech » Moderna, dont le candidat vaccin est en « phase 3 » des essais cliniques sur humains, la dernière avant une commercialisation. Sanofi développe parallèlement un deuxième candidat vaccin à ARN messager en partenariat avec Translate Bio.