Canada : L’usage de champignons hallucinogènes autorisés pour quatre malades en fin de vie

LÉGISLATION La production, la possession ou la vente de « champis » reste interdite au Canada

20 Minutes avec agence

— 

Des champignons hallucinogènes aux Pays-Bas.
Des champignons hallucinogènes aux Pays-Bas. — PETER DEJONG/AP/SIPA

Quatre personnes atteintes d’un cancer en stade terminal ont été autorisées par les autorités du Canada à recourir à la psilocybine, la substance active des champignons hallucinogènes. La décision a été prise par le ministère de la Santé et annoncée le 4 août par l’association TheraPsil.

Elle fait suite à une demande effectuée par les quatre patients en avril, indique Rolling Stone. Il s’agit en fait d’une dispense. La loi canadienne interdit la consommation de ces champignons depuis 1974. Leur production, vente et possession demeure d’ailleurs interdite, sauf dans le cadre de recherches médicales ou d’essais cliniques.

« J’espère que ce n’est que le début »

Les quatre malades vont pouvoir profiter des vertus de la psilocybine, connue pour atténuer les symptômes de la dépression et de l’anxiété. « La prise en compte de la douleur et de l’anxiété que je ressens veut dire beaucoup pour moi », témoigne une des patientes. « J’espère que ce n’est que le début et que bientôt, tous les Canadiens pourront avoir accès à la psilocybine à usage thérapeutique pour soulager leurs douleurs. »

TheraPsil, qui milite pour l’autorisation des champignons dans le cadre de soins palliatifs, précise que les quatre patients ont dû attendre cent jours avant de recevoir le feu vert officiel. « Même si le processus a été long, nous sommes impressionnés par leur volonté d’écouter les patients qui n’avaient jamais été entendus et de changer de direction et de politique », commente Bruce Tobin, le fondateur et dirigeant de TheraPsil.