Coronavirus : « Si on laisse les jeunes se contaminer, le virus va nous échapper », prévient Jean-François Delfraissy

EPIDEMIE Le président du Conseil scientifique s’est positionné contre la théorie de l’immunité collective par les jeunes

L.Br.

— 

Jean-François Delfraissy, le 13 mars 2020.
Jean-François Delfraissy, le 13 mars 2020. — Ludovic Marin / POOL / AFP

Le coronavirus circule toujours en France, à bas bruit, et surtout chez les jeunes. Face à la menace d’une deuxième vague, des médecins appellent à laisser les jeunes se contaminer entre eux, pour assurer un début d’immunité collective. Une solution à laquelle s’oppose vivement le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, interviewé mardi sur  RTL.

« Ce sont [les jeunes] qui se contaminent », a confirmé le Pr Delfraissy, car « ce sont les jeunes qui prennent le moins de distanciation sociale, qui portent le moins le masque. » Faut-il laisser le virus circuler pour participer à l’immunité collective, comme le propose le professeur Eric Caumes ? « Surtout pas ! », a vivement réagi Jean-François Delfraissy. « Si on laisse les jeunes se contaminer entre eux avec son idée d’obtenir une immunité collective, ça a été réalisé en Suède et ça n’a pas marché. Il y a eu une contamination très importante des personnes âgées. Si on laisse le virus circuler dans cette population jeune, forcément à un moment donné, il va nous échapper », prévient-il.

Un cluster à Saint-Malo

La semaine du 20 au 26 juillet, le nombre de nouveaux cas confirmés en France a connu une hausse importante, de 54 % (5.592 au total). Bien qu'« observée dans l’ensemble des classes d’âge », cette hausse « concerne plus particulièrement les jeunes adultes, en particulier les 20-30 ans », souligne l’agence sanitaire Santé publique France dans son dernier point hebdomadaire. Dernier exemple en date : un foyer d’au moins 25 cas identifié à Saint-Malo (ouest) à partir d’une fête qui réunissait une soixantaine de jeunes.