Coronavirus : Le gouvernement conseille aux entreprises de prévoir un stock de masques de dix semaines

PRÉVENTION Dans une note envoyée ce lundi aux employeurs, le gouvernement recommande un stock préventif de masques afin de lutter contre l’épidémie de coronavirus

20 Minutes avec AFP

— 

Travailler masqué, une nouvelle habitude pour de nombreux Français. Ici avec la ministre du Travail Muriel Pénicaud, le 2 juin à Rouen.
Travailler masqué, une nouvelle habitude pour de nombreux Français. Ici avec la ministre du Travail Muriel Pénicaud, le 2 juin à Rouen. — : PROSDOCIMI EMMA/SIPA

L’épidémie de coronavirus circule toujours, et de nombreux travailleurs sont retournés sur leur lieu de travail. Pour limiter les risques de contamination dans les entreprises, le gouvernement recommande aux employeurs de « constituer un stock préventif de masques de protection de 10 semaines pour pouvoir faire face à une résurgence potentielle de l’épidémie ».

La situation en matière d’approvisionnement s’étant améliorée, « il vous faut donc veiller collectivement à disposer, dans la durée, des équipements nécessaires à la protection des salariés pour assurer la continuité de votre activité », peut-on lire dans une note adressée ce lundi aux employeurs, que l’AFP a pu consulter.

Contexte de reprise du virus

La recommandation de dix semaines de stock avait déjà été faite début juillet avant la levée de l’état d’urgence sanitaire, mais elle est répétée dans un contexte de rebond du nombre de nouvelles contaminations par le coronavirus en France et alors que le port de masque a été rendu obligatoire dans les lieux publics clos.

« En cas de reprise épidémique, les besoins pourraient être renforcés et atteindre plusieurs centaines de millions de masques par semaine », rappelle la note signée par les ministres de la Santé Olivier Véran et du Travail Elisabeth Borne, ainsi que par la ministre déléguée à l’Industrie Agnès Pannier-Runacher.

Possibilité de généraliser le port du masque

Plus précisément, « le gouvernement recommande d’évaluer le stock en prenant en compte les situations dans lesquelles le respect de la distanciation physique d’un mètre entre deux personnes ne peut être garanti », selon le texte qui ajoute que « l’employeur peut également décider de généraliser le port collectif du masque au sein de l’entreprise ».

Début juillet, le ministre de la Santé Olivier Véran avait souligné la nécessité de décentraliser les stocks de masques en France.