Coronavirus : Olivier Véran en appelle à la « vigilance » des jeunes vis-à-vis des gestes barrières

EPIDEMIE Lors des campagnes de dépistage massif, on remarque que les patients sont plus jeunes que lors de la précédente vague

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministre de la Santé Olivier Véran à l'Elysée le 22 juillet 2020
Le ministre de la Santé Olivier Véran à l'Elysée le 22 juillet 2020 — Jacques Witt/SIPA

De plus en plus de jeunes contaminés. Le ministre de la Santé Olivier Véran en appelle à la « vigilance » des jeunes quant au respect des mesures barrière face à l’augmentation du nombre de cas de Covid-19, dans un entretien au Parisien mise en ligne samedi soir. « Lors des campagnes de dépistage massif », on remarque « que les patients sont jeunes, plus jeunes que lors de la précédente vague. Le taux d’asymptomatiques est, lui, extrêmement élevé », dit le ministre.

« C’est le cas particulièrement en Ile-de-France où l’on voit arriver des jeunes qui ont été infectés sans qu’on sache comment », poursuit Olivier Véran. « Sans doute que les personnes vulnérables et âgées ont conservé un niveau de prudence élevé alors que les jeunes, eux, font moins attention », fait-il valoir.

Les tests PCR remboursés

« C’est ce que l’on constate notamment lors des rassemblements festifs et surtout familiaux à l’origine de clusters » (cas groupés), avance aussi Olivier Véran, tout en soulignant que l’augmentation du nombre de tests conduit nécessairement à une hausse des cas détectés. Même s’il dit comprendre « parfaitement leur besoin de changer d’air et de souffler », il en appelle « à la jeunesse pour qu’elle soit vigilante », notant qu’en Catalogne « beaucoup de jeunes étaient contaminés et le virus a fini par se propager dans la population ».

Il précise que sur un nombre de tests « approchant les 500.000 par semaine », le taux de positifs est « de l’ordre de 1 à 1,5 % ». Concernant les délais parfois longs pour se faire tester et avoir les résultats, le ministre assure également avoir rappelé à l’ordre des laboratoires d’analyse qui ne faisaient pas de tests PCR.

Un arrêté paru samedi autorise le remboursement de tous les tests PCR même sans ordonnance et permet aux pompiers, secouristes, aides-soignants et étudiants en santé de réaliser les prélèvements. La circulation virale est en « nette augmentation » en France, avec plus de 1.000 nouveaux cas de coronavirus par jour, a annoncé vendredi la Direction générale de la Santé (DGS).