Coronavirus: Une canicule pourrait rendre difficile la gestion de la pandémie

ALERTE Les conseils pour se prémunir de l’un ou l’autre risque sont « contradictoires » s’inquiète l’agence sanitaire Santé publique France

20 Minutes avec AFP

— 

A Cordoue en Espagne, le thermomètre a atteint les 47 degrés le 20 juillet 2020.
A Cordoue en Espagne, le thermomètre a atteint les 47 degrés le 20 juillet 2020. — Salas/EFE/SIPA

En cette période d’été, l'information n’est pas celle que l’on pouvait espérer si la France venait à faire face à une nouvelle importante vague de contaminations. D’après une synthèse de l’agence sanitaire Santé publique France (SpF), Covid-19 et canicule, qui peuvent toucher les mêmes publics vulnérables, peuvent entraîner des ordres « contradictoires ». Par conséquent la prévention des deux risques « doit être adaptée ».

Renforcer le lien social contre distanciation physique

« En période d’épidémie de Covid-19, il est encore plus essentiel de limiter l’impact sanitaire de l’exposition à la chaleur pour réduire notamment le fardeau du recours aux services d’urgence hospitalière ou médicale », souligne l’agence. Agnès Verrier, chargée d’expertise en santé environnement à SpF, livre des exemples de ces « injonctions contradictoires » : en période de canicule, outre les conseils d’hydratation, on recommande de fermer fenêtres et volets le jour et de renforcer le lien social, tout l’inverse pour le Covid où il faut aérer le plus possible et respecter la distanciation physique.

Par contre, le ventilateur dans une pièce où se trouve une personne seule ne pose pas problème. Mais chez soi, s’il y a plusieurs personnes, il faut éviter de diriger son flux d’air sur elles. Agnès Verrier précise en outre que les climatiseurs mobiles individuels « doivent être équipés de filtres performants et correctement entretenus ».

Le problème des lieux frais collectifs

Si la plupart des lieux frais recevant du public doivent être ouverts cet été, la limitation du nombre de personnes présentes simultanément dans des espaces collectifs, contrainte par le respect de la distanciation physique, rend leur utilité et leur usage limités en cas de vague de chaleur. Pour la population qui vit dans des îlots de chaleur ou des logements mal isolés, passer quelques heures dans des endroits rafraîchis est indispensable en cas de canicule. Il faut élargir les horaires d’ouverture pour l’ensemble de la population ou l’accès à certains lieux publics réservés aux personnes les plus à risque, selon SpF.

D’autres solutions pourraient être envisagées pour les personnes les plus à risque vis-à-vis de la canicule. Au niveau local, des hébergements rafraîchis temporaires pourraient être rendus accessibles pour limiter l’impact de la chaleur. Cette solution pourrait convenir à une personne contaminée pour limiter la contamination intrafamiliale.