C'est un peu cracra : Mais au fait, les crottes de nombril sont-elles de vraies crottes ?

CROTTES SECRETES (3/5) Petite usine sur pattes, le corps humain produit toute une variété de crottes

Anissa Boumediene
— 
Ce sont surtout les hommes au ventre velu qui produisent le plus de "crottes de nombril".
Ce sont surtout les hommes au ventre velu qui produisent le plus de "crottes de nombril". — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA
  • Perçues comme sales, toutes les crottes (ou presque) ont pourtant leur utilité. Élimination, filtration ou encore hydratation : chacune joue son rôle pour assurer la bonne marche de l’organisme.
  • Connaissez-vous les vertus des crottes de nez, l’utilité du cérumen ou encore la quantité d’excréments qu’on élimine dans une vie ?
  • Cet été, 20 Minutes vous dévoile tous les secrets des crottes. Aujourd’hui, rendez-vous dans le nombril.

Si les Français ne sont pas réputés pour être les champions du monde de l’hygiène, une majorité prend tout de même une douche quotidienne. Mais vous lavez-vous partout partout ? Peut-être pas, puisqu’il semblerait que le nombril soit l’un des grands oubliés. L’ombilic, c’est l’orifice de l’abdomen par lequel le fœtus est relié via le cordon ombilical au placenta. C’est par cette voie qu’il est alimenté in utero tout au long de la grossesse. A la naissance, le cordon ombilical est coupé, et la petite section de cordon encore attachée au ventre du bébé finit par tomber quelques jours après sa naissance. C’est comme cela que se forme le nombril. Une petite cicatrice creuse dans laquelle viennent se loger minous, peluches et autres petites bouloches, selon le petit nom qu’on leur donne. Des sortes de petites crottes peuvent ainsi s’y former.

Est-ce dangereux ? Sale ? Qu’y a-t-il dedans et faut-il s’en inquiéter ? Pas de panique, c’est l’été, alors 20 Minutes prend le temps de répondre aux questions scientifico-inavouables que l’on n’ose pas toujours poser. On vous révèle donc les secrets un peu cracras du nombril et les bons conseils pour le garder bien propre.

De quoi les crottes de nombril sont-elles composées ?

Elles se composent de fibres textiles issues des vêtements que l’on porte, et parfois aussi de cellules de peaux mortes et de résidus de savon. Un mix peu ragoûtant, auquel peut s’ajouter un cocktail de bactéries, comme le montrent plusieurs études portant sur la composition de ces « crottes de nombril ».

A quoi servent-elles ?

Certains parlent donc de « crottes de nombril » parmi les nombreux qualificatifs de ces bouloches se logeant au creux de ce petit orifice. Mais contrairement aux autres crottes abordées dans cette série, celles que l’on peut parfois retrouver dans le nombril ne sont pas des crottes à proprement parler.

Elles ne sont pas fabriquées et éliminées par l’organisme, elles n’ont donc aucune fonction anatomique. En clair : elles ne servent à rien.

Comment les nettoyer ?

« Le nombril est l’endroit idéal pour constituer un repaire de microbes, explique le Dr Frédéric Saldmann, cardiologue, nutritionniste et spécialiste des questions d’hygiène, dans son ouvrage Votre santé sans risque​ (éd. Albin Michel). C’est un vrai bouillon de culture ! Un zoo qui contient des centaines de bactéries différentes prêtes à sortir de leur tanière pour coloniser d’autres territoires du corps. Une réserve qui ne fait en moyenne que 2 centimètres de diamètre mais qui contient une forte densité microbienne ». Gloups ! D’où l’importance de ne pas négliger l’hygiène de cette zone, sans forcément se décaper quotidiennement le creux du nombril.

« La façon la plus efficace pour effectuer un bon nettoyage du nombril est d’utiliser un coton-tige, préconise le Dr Saldmann. Appliquez un peu de gel douche dessus, nettoyez, rincez et n’oubliez pas de sécher ». Un réflexe à répéter une fois par semaine.

Les crottes de nombril en chiffre

Comme le souligne le Dr Saldmann, une véritable faune habite dans ce petit creux. Des chercheurs de l’université de Caroline du Nord ont ainsi inventorié les différentes colonies bactériennes qui peuvent y proliférer. Et elles sont nombreuses ! Les échantillons prélevés avec des cotons-tiges sur un échantillon de soixante personnes ont permis d’identifier pas moins de 2.368 espèces différentes de bactéries. « C’est déjà deux fois plus que le nombre d’espèces d’oiseaux ou de fourmis en Amérique du Nord », indiquent les auteurs de l’étude publiée dans la revue scientifique Plos One.

La production de crottes de nombril dépend d’un individu à l’autre. Mais c’est vous, messieurs, qui êtes les plus grands « producteurs ». La faute à votre pilosité abdominale, qui crée comme un petit aspirateur par lequel les fibres textiles et les cellules de peaux mortes vont s’agglomérer dans le creux du nombril.

via GIPHY

Ceux qui en produisent le moins sont, logiquement, ceux qui ont un nombril qui ressort. Car quand on parle nombril, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont le nombril creux, et ceux qui ont le nombril en boule.

Et vous, les crottes de nombril ?

« Voir quelqu’un se tripoter le nombril me soulève le cœur, ça me dégoûte, je trouve ça vraiment dégueulasse ! Je ne comprends pas, on ne fait pas ça au vu de tout le monde ! Pour moi, c’est aussi sale et vulgaire que quelqu’un qui se décrotte le nez », estime Julie. Qui, en outre, déteste qu’on lui touche le nombril.

Comme Julie, vous n’aimez pas que l’on s’approche trop près de votre nombril, et l’idée qu’on le touche suffit à torturer votre esprit ? Ou vous craignez que vos entrailles ne s’échappent par cet orifice ? Vous souffrez probablement d’ombilicophobie, la phobie du nombril, dont souffre notamment la chanteuse Angèle.

L’info insolite

S’il n’existe pas de données particulières sur la quantité que l’on produit dans une vie, un certain Graham Barker en a fait l’objet d’une petite étude très particulière. Visiblement passionné par sa production personnelle de crottes de nombril, cet Australien a pour fait d’armes d’en avoir fait la collection pendant une large partie de sa vie. Une collection rangée dans des bocaux, et qui est officiellement reconnue puisqu’elle lui vaut une place dans le Guinness book des records.

Une façon pour le moins originale de laisser son empreinte dans l’Histoire.