Mayotte : L’augmentation des cas de fièvre typhoïde inquiète les autorités sanitaires

MALADIE Dix-huit cas ont été répertoriés depuis le début de l’année, dont la moitié dans un village au nord de l’archipel

20 Minutes avec agence

— 

Eau potable (illustration).
Eau potable (illustration). — Alexandre GELEBART/20MINUTES

Mayotte ne doit pas seulement lutter contre la pandémie de Covid-19. La propagation d’une autre maladie inquiète les autorités sanitaires. L’Agence régionale de santé (ARS) de Mayotte a en effet lancé une alerte, relayée par La 1ere, après une nette augmentation des cas de fièvre typhoïde. Depuis le début de l’année, 18 cas ont été recensés. La moitié d’entre eux se sont déclarés dans le village de Dzoumogné, au Nord de l’île.

La fièvre typhoïde se caractérise par de la fièvre, des maux de tête, une perte d’appétit, une grande fatigue, des diarrhées ou la constipation. Elle peut être mortelle si des complications surviennent et en cas d’absence de traitement.

Une trentaine de cas par an

Cette maladie est endémique de Mayotte. Une trentaine de cas sont recensés chaque année. En 2019, ce sont 53 cas qui ont été signalés par l’ARS, dont 21 dans la commune de Koungou. Les contaminations auraient notamment pour origine la gestion des eaux usées associée parfois à un manque d'hygiène.

La bactérie à la source de la contamination « réside dans les matières fécales des personnes malades, qui peuvent contaminer l’eau ou les aliments consommés crus », détaille l’ARS dans son communiqué. C’est pourquoi l’agence réalise des actions de sensibilisation « aux bons gestes d’hygiène ». Dans le même temps, elle finance des actions visant à améliorer l’accès à l’eau potable avec l’installation de rampes d’eau ou de « bornes-fontaines ».