Coronavirus : Un nouveau traitement testé au CHU de Nice, plus de mille patients vont participer à un essai

PROMETTEUR Au total, 1.034 patients à risque élevé vont participer dans cinquante centres d’étude à travers l’Europe et en Amérique latine

Fabien Binacchi

— 

Des patients à risque élevé vont participer à cet essai clinique
Des patients à risque élevé vont participer à cet essai clinique — Allili Mourad

C’est un nouvel espoir dans la lutte contre le Covid-19. La société française de biotechnologie Abivax a annoncé ce jeudi avoir entamé, au CHU de Nice, le traitement d’un premier patient avec l’ABX464. Ce médicament prometteur sera testé dans le cadre de l’essai contrôlé « miR-AGE », mené dans cinquante centres d’étude à travers l’Europe et en Amérique latine sur 1.034 patients à risque élevé.

« L’objectif principal de cet essai est de valider le potentiel d’ABX464 à limiter la réplication virale chez les patients ainsi que l’inflammation sévère qui mène au syndrome de détresse respiratoire aiguë [SDRA] », indique la direction d’Abivax. Selon la société, la molécule a déjà démontré « un effet antiviral marqué », « in vitro », contre le SARS-CoV-2.

Par voie orale

Le premier patient de cet essai « de Phase 2b/3 » (pour déterminer la dose optimale du médicament et ses éventuels effets indésirables) vient donc d’entamer un traitement dans la capitale azuréenne. « La simplicité d’administration quotidienne d’ABX464 par voie orale, nous permet d’inclure des patients COVID-19 hospitalisés et non-hospitalisés dans cet essai », précise le Dr Eric Cua, infectiologue au CHU de Nice.

Les résultats de cette étude internationale sont attendus à la fin de cette année. Dans de précédents essais cliniques, ABX464 avait déjà « démontré un effet antiviral contre le VIH » et, selon Abivax, il est « le premier candidat thérapeutique à avoir montré une réduction des réservoirs » du virus chez les patients infectés.