Guingamp : Menacée de fermeture, la maternité devrait être prolongée

NAISSANCE Moins de 500 naissances ont été enregistrées l'an dernier

Camille Allain

— 

Illustration d'un nouveau-né.
Illustration d'un nouveau-né. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Elle n’a pas atteint la barre symbolique des 500 naissances l’an dernier, mais qu’importe. La maternité de Guingamp ( Côtes d'Armor) devrait bien continuer d’exister. Menacé de fermeture ces dernières années, l’établissement devait recevoir un courrier de l’agence régionale de santé mercredi, prolongeant sa vie d’au moins cinq ans.

La révélation de cette information a été faite par député de Guingamp Yann Kerlogot (LREM), interrogé par Ouest-France. Selon lui, « les autorisations sont traditionnellement renouvelées pour sept ans » mais la maternité guingampaise a déjà bénéficié « des deux années de sursis écoulées ».

Moins de 500 accouchements l’an dernier

L’ARS bretonne avait décidé l’arrêt des accouchements au 1er février 2019 avant d’accorder un sursis face à la mobilisation de la population et des élus. Après cette date, seul le suivi des grossesses et des jeunes mères devait toujours se faire sur place. L’ARS avait appuyé sa décision sur la difficulté de disposer des spécialistes nécessaires, particulièrement en anesthésie et pédiatrie.

En 2019, 487 accouchements ont été enregistrés au sein de l’établissement costarmoricain. Un chiffre en baisse continue depuis plusieurs années mais qui tend à se stabiliser. En 2018, deux médecins avaient publié une tribune pour critiquer le maintien de la maternité, estimant que cette décision « fragilise l’hôpital de Guingamp qui entraînera dans sa chute celui de Lannion. »