Déconfinement : La ville de Nice rend les tests sérologiques accessibles à tous

VIRUS Désormais, les Niçois peuvent passer un test sérologique pour savoir s’ils ont contracté le Covid-19.

Olfa Ayed

— 

Une infirmière volontaire réalise un test sérologique à une Niçoise qui souhaite savoir si elle a contracté le COVID-19.
Une infirmière volontaire réalise un test sérologique à une Niçoise qui souhaite savoir si elle a contracté le COVID-19. — Olfa Ayed
  • Dès ce mercredi, les premiers Niçois enregistrés sur la base du volontariat pourront passer un test sérologique afin de savoir s’ils ont contracté le Covid-19.
  • Pour se faire tester, il faut s’inscrire en ligne ou par téléphone.
  • En parallèle, ceux qui le souhaitent pourront remplir un questionnaire et participer, anonymement, à une étude épidémiologique du CHU de Nice.

Assise dans la salle d’attente aménagée du Palais des Expositions de Nice, Micheline, 76 ans, attend de se faire dépister. Cette Niçoise veut savoir si elle a contracté le  coronavirus. « Après deux mois de confinement sans voir mes enfants et mes petits-enfants, j’aimerais pouvoir les retrouver vraiment », explique celle qui vient, une nouvelle fois, d’être grand-mère.

Cette Azuréenne fait partie des 18.000 volontaires qui se sont déjà enregistrés pour passer un test sérologique. Depuis lundi 8 juin, les Niçois qui le souhaitent peuvent s’inscrire en ligne ou par téléphone (04 97 13 56 00) afin de se faire tester, gratuitement et anonymement.

Le Palais des Expositions de Nice, l'un des lieux aménagés en centre de dépistage du COVID-9.
Le Palais des Expositions de Nice, l'un des lieux aménagés en centre de dépistage du COVID-9. - Olfa Ayed

"La présence d’anticorps permet une immunité"

Ces tests lancés à « grande échelle » sont une situation unique dans les grandes villes de France, explique le maire de Nice Christian Estrosi. Ce dernier s’est lui-même fait tester mardi à la veille de l’ouverture des trois centres de dépistages installés au Nikaïa, au Palais des Expositions et au Théâtre de Verdure.

Les tests sérologiques permettent de savoir si l’on a été au contact du virus et donc, si l’on a fabriqué des anticorps protecteurs. « Aujourd’hui on sait que la présence d’anticorps permet une immunité mais on ne sait pas encore pendant combien de temps », explique Philippe Seyral, médecin biologiste à Nice. Un test informatif donc, pour connaître son éventuelle immunité.

En parallèle, toutes les personnes passant le test peuvent compléter, sur la base du volontariat, un questionnaire anonyme afin de contribuer aux recherches épidémiologiques menées par le CHU de Nice. Pour l’heure, 70 % des 18.000 Niçois enregistrés ont choisi d’y participer.

Du côté du dispositif exceptionnel de test, il sera effectif au moins jusqu’au mois de juillet prochain.