Coronavirus : Etudiants en santé et volontaires pendant la crise sanitaire, cette expérience a-t-elle modifié vos choix de carrière ?

VOUS TEMOIGNEZ Certains étudiants en santé se sont portés volontaires pour prêter main-forte dans les hôpitaux pendant la crise du coronavirus. Nous leur donnons la parole

Oihana Gabriel

— 

Illustration de soignants faisant des tests PCR en drive à l'hôpital de Purpan, à Toulouse.
Illustration de soignants faisant des tests PCR en drive à l'hôpital de Purpan, à Toulouse. — FRED SCHEIBER/SIPA

Ils étaient habitués aux bancs bondés de la faculté. Moins au bloc opératoire ou à la réanimation. Pendant la crise du coronavirus, certaines étudiantes et étudiants en soins infirmiers et en médecine sont venus prêter main-forte dans les hôpitaux à leurs futurs collègues. Découvrant ainsi la réalité d’un métier fantasmé.

Saut dans le grand bain

Certains ont eu quelques surprises en découvrant l’hôpital de l’intérieur. Bonnes ou mauvaises. Du fait de cette maladie infectieuse inconnue et dévastatrice. Mais parfois aussi de la colère, qui gronde depuis des mois dans certains hôpitaux publics. Lancés dans le grand bain pour la première fois, dans un contexte angoissant, certains ont pu découvrir une vocation, d’autres être dégoûtés. Ou encore choisir finalement d’aller vers le privé, vers une autre spécialité, ou de rendre leur blouse…

Si vous faites partie de ces jeunes étudiants en santé et que vous avez travaillé pour la première fois en première ligne pendant cette période du coronavirus, racontez-nous comment cette expérience vous a marqué. A-t-elle été formatrice ? A-t-elle joué dans vos choix à long terme ? Avez-vous changé de vision sur l’hôpital ? Sur votre métier ? Avez-vous changé de vocation ?