Coronavirus en Bretagne : L’AP-HP commande 100.000 tests sérologiques à NG Biotech

DÉPISTAGE La société implantée à Guipry-Messac près de Rennes prévoit de produire 3 à 4 millions de tests par mois d’ici la fin de l’année

Jérôme Gicquel

— 

Le test est réalisé à partir d'une simple goutte de sang prélevée au bout du doigt du patient.
Le test est réalisé à partir d'une simple goutte de sang prélevée au bout du doigt du patient. — @karlphotographer.com

Même si la confusion règne autour de leur fiabilité et de leur utilité, la demande de tests sérologiques explose depuis le début du déconfinement. Parmi les premiers acteurs à se positionner sur ce marché, la société bretonne NG Biotech tourne à plein régime pour fabriquer massivement ses tests rapides réalisés à partir d’une simple goutte de sang.

Après avoir signé un contrat avec l’armée pour un montant d’un million d’euros, l’entreprise basée à Guipry-Messac près de Rennes annonce ce lundi avoir reçu une commande de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) portant sur 100.000 unités. « Les premiers tests ont été livrés début mai », indique la société dans un communiqué, précisant qu’ils seront destinés aux professionnels de santé et aux hôpitaux.

Deux millions de tests produits par mois d’ici juillet

Fin avril, le CHU de Rennes, via son fonds de solidarité Nominoë, avait déjà passé commande de 15.000 tests pour ses soignants afin de les « rassurer » et de mener une importante étude épidémiologique.

Pour faire face à cette montée en puissance de l’activité, la société NG Biotech a dû revoir son organisation et monter en urgence un second site de production « qui sera opérationnel dans les prochaines semaines ». « Notre capacité de production de tests atteindra deux millions d’unités par mois d’ici juillet et pourra s’adapter, en fonction de la demande, pour monter jusqu’à trois à quatre millions d’unités par mois avant fin 2020 », indique son PDG Milovan Stankov Pugès.