Coronavirus : Les Français ont pris en moyenne 2,5 kg pendant le confinement

BALANCE Près de 30% des personnes interrogées parlent, elles, d’une perte de poids

R. G.-V.

— 

Un ado sur une balance. (illustration)
Un ado sur une balance. (illustration) — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Tout ça pour ça ? Finalement, le confinement, qui approche des deux mois en France, n’aura pas tant fait grossir que ça Français et Française. D’après un sondage Ifop pour Darwin nutrition, ils et elles ont pris en moyenne 2,5 kg. Bien loin des craintes exprimées, ici ou là, sur les réseaux sociaux au début du confinement. Le temps de faire la cuisine, et possiblement de la « nourriture de confort », combiné à une activité physique en chute libre étaient censés faire grossir tout le monde, dans un déferlement de blagues et remarques grossophobes.

2,5 kg, ça veut dire quoi ? Eh bien qu’en moyenne il n’est nul besoin de refaire sa garde-robe. Une telle prise de poids ne correspond pas à une taille de plus. Entre deux tailles il y a environ 5 kg. « La prise de poids n’est pas un problème en soi, et était prévisible dans un contexte de stress et de dépense énergétique limitée. Plus de temps à la maison signifie plus de temps à la préparation des repas, mais aussi plus d’occasions de grignoter », explique Quentin Molinié de Darwin Nutrition dans Le Parisien.

Tensions

On apprend dans ce sondage que 42 % des Français et Françaises interrogées ont, plus qu’avant, passé du temps à l’apéro. 29 % ont perdu du poids pendant le confinement tandis que 57 % ont pris du poids.

Enfin, pas de surprise : les inégalités dans les couples hétérosexuels se sont accentuées pendant le confinement. Seuls 21 % des hommes disent avoir plus fait la cuisine d’avant. Surtout, 60 % des femmes font la cuisine dans leur couple, contre 58 % auparavant. Bref, 42 % de ces couples reconnaissent des tensions sur ce sujet.