Coronavirus : Attention à cette étude qui affirme que l’épidémie prendra fin le 9 août en France

FAKE OFF Des graphiques mis en ligne par une université de Singapour livrent des dates précises concernant la fin de l’épidémie de Covid-19 pour plusieurs pays. Mais ces données ne constituent que des calculs théoriques

Marie-Laetitia Sibille

— 

Dans un service de réanimation à Libourne, en Gironde.
Dans un service de réanimation à Libourne, en Gironde. — UGO AMEZ/SIPA
  • Plusieurs comptes Facebook ont repris les résultats d’une étude avançant que l’épidémie de coronavirus prendra fin le 9 juillet en Israël et le 9 août en France.
  • Cette étude, issue de l’université de technologie et de design de Singapour, met elle-même en garde contre l’interprétation de ces données, qui sont des calculs mathématiques hypothétiques pouvant évoluer selon la situation de chaque pays sur le terrain.
  • Selon les spécialistes, le virus mettrait des années à disparaître de la planète, si un vaccin est trouvé.

« L’épidémie prendra fin le 9 juillet en Israël et le 9 août en France selon l’Institut de Singapour. » Avec cette affirmation au sujet de la pandémie de coronavirus, un article du site infos-israel.news (qui se présente comme « média israélien en langue française lié à l’actualité en continu en Israël »), publié ce mercredi, est devenu viral sur Facebook et a fait réagir les internautes.

« Wow tout est programmé !!! », « Pourvu qu’ils se trompent », ou au contraire « Espérons ! », peut-on ainsi lire en commentaires. L’article d’Infos Israël News explique que le « laboratoire de gestion des données (SUTD) de l’Institut de technologie et de conception de Singapour a élaboré un modèle mathématique pour 131 pays du monde où un coronavirus a été détecté ». Un lien renvoie à l’étude de ce laboratoire, dont la dernière mise à jour date de ce mercredi. On y trouve des statistiques indiquant le nombre de nouveaux cas de Covid-19 par jour dans différents pays, et des prévisions correspondantes sur l’évolution de la pandémie. Concernant la France, il est effectivement indiqué, à côté du graphique, une sortie de l’épidémie le 9 août précisément : « Fin 97 % vers le 6 mai. Fin 100 % 9 août. »

Une graphique prédisant l'évolution de l'épidémie en France.
Une graphique prédisant l'évolution de l'épidémie en France. - SUTD

D’autres médias font également référence à cette étude en reprenant les données qui concernent leur pays. Le site d’informations marocain h24info.ma titre ainsi : « Covid-19 : des estimations sur la fin de l’épidémie au Maroc ». L’article détaille ensuite : « L’étude menée par le laboratoire Data-Driven Innovation de l’Université de technologie et de design de Singapour donne trois dates clés sur la fin de l’épidémie dans chaque pays. Au Maroc, l’étude conclut, sur la base de données officielles, que cette date correspondra au 30 juillet 2020. »

Sur Facebook, des groupes publics comme Rien que de bonnes nouvelles d’Israël ou Corona et communauté juive ont aussi repris ce post.

Pour les Etats-Unis, l’étude avance que 97 % de l’épidémie aurait disparu au 15 mai, et 100 % au 9 septembre. En Italie, 97 % le 9 mai, 100 % le 31 août. Des données mondiales sont également livrées, et les chercheurs estiment que le Covid-19 aura disparu de la planète « vers le 2 décembre ».

FAKE OFF

La Singapour Université de technologie et de design (SUTD) est une université autonome qui a pour objectif de former de futurs diplômés dans la technologie et le design. Il s’agit donc d’une école d’ingénieurs. Sur le site livrant ces données, il est d’ailleurs précisé que « le contenu de ce site web est strictement limité à des fins éducatives et de recherche, et peut contenir des erreurs. Le modèle et les données sont imprécis face aux réalités complexes, évolutives et hétérogènes des différents pays. »

Si les courbes de nouveaux cas quotidiens correspondent bien à celles données par d’autres sites, par exemple sur Worldometer, où l’on retrouve un semblable graphique pour la France, les calculs de prévisions, qui ne prennent pas en compte la réalité du terrain de chaque pays, restent donc théoriques et hypothétiques. D’ailleurs, les graphiques présentés par l’étude singapourienne tablent sur une disparition de l’épidémie à 97 % le 10 mai sur son propre territoire, mais les dernières nouvelles venues de Singapour montrent que la cité-Etat subit de plein fouet la seconde vague de Covid-19.

« L'outil n'est pas un oracle »

Par ailleurs, les auteurs de l’étude mettent en garde : « Un suroptimisme basé sur certaines dates de fin prévues est dangereux, car il peut affaiblir notre discipline et notre contrôle, et provoquer le retour du virus et de l’infection, et doit être évité. » Sur le site de l’étude, on trouve 28 graphiques, et non 131, comme l’indique Infos Israël News, ce que relève le site h24info.ma : « Il est à noter que le Maroc n’apparaît plus sur la liste établie par l’université de Singapour. Il n’est pas le seul, d’autres pays comme le Botswana, la Côte d’Ivoire et la Slovaquie ont été éliminés de la liste, mise à jour ce mardi 28 avril. » Le graphique concernant l’Israël n’est également plus disponible.

« Ce modèle est sans doute honnête dans sa démarche, mais attention, l'outil n'est pas un oracle », pense Emmanuel Baron, directeur d’Epicentre, le centre de recherche de Médecins sans frontières, contacté par 20 Minutes. « Il est extrêmement difficile de faire des prédictions à long terme. C'est un peu comme pour la météo, si l'on veut imager. »

La fin dans les années 2030 ?

« Pour une fin de l’épidémie le 9 août, je signe tout de suite », réagit le docteur Marc Rozenblat, qui s’occupe d’un centre spécifique au Covid-19 à Pontault-Combault (Seine-et-Marne), et à qui 20 Minutes a également soumis l’étude. Lui fait plutôt référence à des dates sans commune mesure avec celles indiquées par l’université de Singapour : « Ces données ne tiennent pas la route. Des études épidémiologiques ont montré que l’épidémie s’éteindra dans les années 2030, 2032. D’autre part, c’est seulement à l’automne ou à Noël que l’immunité collective – quand 60 % de la population est touchée – devrait être atteinte. Il restera donc 40 %… Il ne faut pas se leurrer, il faudra que la population attrape ce virus. En résumé, si on trouve un vaccin dans un an et demi, deux ans, il faudra dix ans ensuite pour que le virus disparaisse de notre planète. »

Car il faut aussi bien distinguer fin de l’épidémie et éradication du virus. François Renaud, biologiste au CNRS, spécialiste de l’évolution des maladies infectieuses, expliquait le 3 mars sur bfmtv.com que « lorsqu’une personne infectée ne peut en contaminer qu’une seule autre, le phénomène exponentiel de l’épidémie s’arrête ». Ce qui ne veut pas dire que le virus est éteint à 100 %, comme on peut l’interpréter par erreur en lisant l’étude de Singapour. « Quand il n’y aura plus aucun cas déclaré dans le monde, on pourra dire que le virus est éteint. A part la variole, d’autres circulent toujours. Par exemple, le virus de la grippe aviaire H5N1 n’est pas éradiqué et continue de se transmettre entre oiseaux. » Il faudra donc sans doute vivre avec le SARS-CoV-2 pendant encore longtemps.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.