Coronavirus à Rennes : Les P’tits Doudous récoltent des fonds pour améliorer le confort des soignants

SOLIDARITÉ Près de 100.000 euros ont déjà été récoltés sur la cagnotte en ligne

Jérôme Gicquel
Photos du service pédiatrique et de l'accueil des urgences pédiatriques du CHU Hôpital Sud dans le quartier du Blosne à Rennes.
Photos du service pédiatrique et de l'accueil des urgences pédiatriques du CHU Hôpital Sud dans le quartier du Blosne à Rennes. — Camille Allain / 20 Minutes
  • Née à Rennes, l’association Les P’tits Doudous a lancé une cagnotte en ligne pour aider le personnel soignant.
  • L’argent récolté doit leur permettre de financer l’achat de lits de repos, de thermos ou de matériel de bureau pour améliorer leur quotidien.
  • La présidente de l’association lance également un cri d’alarme, réclamant que les soignants soient à l’avenir consultés et entendus sur les transformations de l’hôpital.

Née au CHU de Rennes en 2010, l’association Les P’tits Doudous poursuit ses actions solidaires. Elle s’est fait connaître en distribuant des peluches pour consoler les enfants hospitalisés. Il y a eu ensuite le jeu vidéo « Le héros, c’est toi ! » développé pour aider les jeunes patients à rejoindre le bloc opératoire sans appréhension. Portée par l’énergie de sa présidente Nolwenn Febvre, mise à l’honneur début 2018 à l’Elysée, l’association a tissé sa toile et est désormais présente dans 75 centres hospitaliers avec 700 soignants bénévoles.



En pleine pandémie de coronavirus, qui impacte fortement ses activités auprès des plus jeunes, Les P’tits Doudous volent au chevet du personnel soignant pour les aider à faire face à la « guerre sanitaire ». Depuis la fin mars, l’association a lancé une cagnotte en ligne pour débloquer des fonds afin « d’améliorer le quotidien concret de nos soignants ». A ce jour, plus de 92.000 euros ont déjà été récoltés pour financer l’achat de lits de repos, de thermos, de tables ou du matériel de bureau.

« Les soignants ont des solutions pour transformer l’hôpital »

Infirmière-anesthésiste, Nolwenn Febvre profite également de cet appel à la générosité pour pousser un cri d’alarme et alerter les autorités. « Faut-il s’en remettre à la générosité du grand public et à l’engagement bénévole des soignants pour sauver l’hôpital ? », s’interroge-t-elle, estimant que « les soignants sont trop rarement pris en compte dans les plans de transformation de l’hôpital ». « Même si les applaudissements font du bien, une fois la crise passée, ils doivent avoir des conditions de travail décentes. Nous voulons être consultés, et entendus, pour rénover l’hôpital », indique la présidente des P’tits Doudous dans un communiqué.


Elle tend également une perche au ministère de la Santé, réclamant que son association soit « reconnue comme une expérimentation ». « Nous avons considérablement amélioré le parcours de soins des enfants opérés et permis de réduire les coûts pour les établissements de santé, assure-t-elle. Nous saurons trouver d’autres solutions pour transformer l’hôpital, avec tous les acteurs de terrain et les institutions ».