Coronavirus : Le bilan monte à 606 décès dans les maisons de retraite Korian en France

MALADIE La directrice du groupe qui détient 308 Ehpad en France défend l'entreprise qui a été attaquée dernièrement pour sa gestion de la crise du Covid-19

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un EHPAD du groupe Korian, à Thises, dans l'est de la France.
Illustration d'un EHPAD du groupe Korian, à Thises, dans l'est de la France. — AFP

Fin de polémique pour Korian ? Korian a enregistré 606 décès dus au coronavirus dans ses maisons de retraite en France où résident 23.000 personnes, a indiqué lundi Sophie Boissard, la directrice générale du groupe, qui dénonce les attaques dont il fait l’objet.

« À ce jour, sur 23.000 résidents, nous déplorons 606 décès liés au Covid-19, essentiellement en Ile-de-France et en région Grand-Est », précise Sophie Boissard dans un entretien au Parisien. Le 10 avril, le groupe Korian avait recensé 356 décès liés à l’épidémie.

Les deux tiers des établissements épargnés

« Une quinzaine d’établissements ont subi plus d’une dizaine de décès » tandis que les « deux tiers » des 308 établissements d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes (Ehpad) gérés par Korian en France « sont épargnés », ajoute-t-elle.

Le numéro un européen des maisons de retraite, présent également en Allemagne, au Bénélux et en Italie, a notamment enregistré près d'une quarantaine de décès sur 109 résidents dans son Ehpad La Riviera à Mougins (Alpes-Maritimes). Cette situation a suscité des interrogations et critiques, notamment sur la mise en place de gestes barrières. « Tous les moyens ont été mis en oeuvre partout » pour protéger les résidents, affirme Sophie Boissard, qui dénonce les « attaques inqualifiables » dont Korian fait l’objet.

3.000 personnes recrutées pendant l’épidémie

Le groupe a limité les visites dès le 25 février, généralisé le port du masque le 21 mars et recruté 3.000 personnes pour faire face à l’épidémie, selon sa directrice générale. Citant l’établissement de Mougins, où le référent de chaque famille a été « alerté en temps », elle reconnaît toutefois que le groupe aurait « peut-être dû organiser une communication générale ».

Korian a également lancé le 13 avril un « plan de dépistage généralisé » : « tous les personnels et résidents de la moitié de nos Ehpad ont déjà été testés. L’autre moitié le sera d’ici le 6 mai », indique Sophie Boissard. Dans ce contexte difficile, la directrice générale souhaite verser une prime de 1.000 euros à « l’ensemble du personnel ».

Elle compte en parallèle baisser de 25 % son propre salaire et ses primes de 2020 pour alimenter un fonds d’un million d’euros qui financera « des recherches thérapeutiques dédiées au grand âge et des actions de solidarité envers les femmes ». Les membres du comité de direction y contribueront également.

Polémique sur la réaction du groupe

La gestion de la crise par Korian suscite des commentaires divergents parmi les syndicats : SUD, FO et la CGT ont déploré lundi dans un communiqué une « hécatombe de décès parmi les résidents », et dénoncé le « manque de réaction » de la direction de l’entreprise pour mettre à disposition « du matériel de protection en nombre suffisant ». A l’inverse, la CFDT et l’Unsa avaient fustigé la semaine dernière un « acharnement » contre Korian et un « traitement de l’information particulièrement à charge, de la part de certains médias », contre le groupe privé.

« Les équipements de protection individuelle ont été achetés en masse, dès le début de l’épidémie et mis à disposition de nos collègues », avaient affirmé les deux syndicats.

Plus de 8.000 décès dans les maisons de retraite

Selon les derniers chiffres du gouvernement, 8.654 décès ont été enregistrés dans les maisons de retraite, sur un total de 22.856 morts dans l’Hexagone. Zone grise depuis le début de l’épidémie, les décès dans les 7.500 Ehpad en France étaient jusqu’à fin mars exclus du décompte officiel prenant en compte seulement les décès à l’hôpital.