Coronavirus : Peut-on payer plus de 2.000 euros à l’hôpital pour être soigné ?

FAKE OFF Une malade du Covid-19 a partagé sa facture d'hôpital sur les réseaux sociaux

Francois Launay

— 

Une infirmière dans la chambre d'un patient atteint du coronavirus dans le service de réanimation de l’hôpital Purpan, à Toulouse (photo d'illustration).
Une infirmière dans la chambre d'un patient atteint du coronavirus dans le service de réanimation de l’hôpital Purpan, à Toulouse (photo d'illustration). — FRED SCHEIBER/SIPA
  • Une patiente, soigné à l’hôpital pour le coronavirus, a publié sa facture d’hôpital sur les réseaux sociaux.
  • Son montant, qui dépasse les 2.000 euros, a provoqué la colère du malade.
  • L’hôpital Saint-Camille, où elle a séjourné, justifie le montant en rappelant notamment que le coronavirus n’est pas remboursé à 100 % par la sécurité sociale.

2.356 euros. Voilà la somme qu’une malade, atteint du coronavirus, aurait déboursé pour 17 jours d’hospitalisation à l’hôpital Saint-Camille situé à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne). Une facture salée qui a provoqué la colère de la patiente. Furieuse, elle a partagé sa note d’hôpital sur Facebook, avec un commentaire particulièrement engagé : « Le système qui n’a rien fait pour prévenir l’épidémie, qui nous emprisonne nous affame veut maintenant qu’on paye pour les hôpitaux sous-dotés ! RESISTANCE ! ».

Partagée sur plusieurs comptes, la photo est rapidement devenue virale, avec beaucoup de réactions d’internautes scandalisés sur le montant déboursé.

La facture d'hôpital partagée par un patiente atteinte du Covid-19 sur Facebook.
La facture d'hôpital partagée par un patiente atteinte du Covid-19 sur Facebook. - Capture d'écran

FAKE OFF

Contacté pour donner sa version des faits, la patiente qui a publié la note sur les réseaux sociaux n’a pas donné suite à nos sollicitations. La facture établie le 7 avril 2020 et son montant de 2.356 euros sont bien réels, comme l’a confirmé l’hôpital Saint-Camille, joint par 20 Minutes.

Responsable du parcours « administration du patient » à l’hôpital Saint-Camille, Simone De Sousa entre dans le détail : « En tant qu’hôpital privé à but non lucratif, nous facturons exactement de la même manière qu’un hôpital public. Lorsque le patient est un assuré social, nous effectuons le tiers payant et facturons 80 % du séjour à son assurance maladie, voire 100 % si ce patient a une affection de longue durée (ALD) en rapport avec le séjour hospitalier. Les 20 % restant sont calculés sur la base du prix de journée de l’hôpital (qui n’est pas le même en fonction des établissements). Dans le cas de la facture que vous mentionnez, le prix de journée est de 730 € X 0.20 X 16 jours = 2.336 €, auxquels viennent s’ajouter 20 € de forfait journalier de sortie »

Le coronavirus n’est pas remboursé à 100 % par l’assurance maladie

Le reste à charge est couvert par la couverture médicale universelle (CMU) ou la complémentaire santé, si le patient en a une. Dans le cas contraire, la totalité de la somme sera à ses frais. Pour la patiente concernée, faute d’avoir pu la contacter, impossible de savoir si elle bénéficie ou non d’une mutuelle.

Mais une autre question se pose. Contrairement à des affections de longue durée, à des accidents du travail ou à des cas spécifiques (grossesse à partir de 6 mois, nourrisson de moins de 30 jours, acte particulier…), pour lesquels l’assurance maladie rembourse à 100 %, le coronavirus ne fait pas l’objet d’une prise en charge totale. « C’est remboursé à 80 %. Il y a eu des demandes pour que les Covid-19 soit pris en charge à 100 % mais, pour l’instant, ce n’est pas le cas, explique Simone De Sousa. Du coup, pour une personne qui reste 2-3 semaines chez nous et qui n’a pas de mutuelle, ça peut vite chiffrer. En plus, les tarifs sont différents selon les services. La réanimation est plus chère que la chirurgie, par exemple. »

Pour un patient atteint du coronavirus sans mutuelle et obligé de rester plusieurs jours à l’hôpital, la facture peut donc être vraiment très salée. Une triple peine – physique, psychologique et financière.