Coronavirus à Nantes : En manque de blouses, les soignants du CHU lancent un appel aux dons

SOLIDARITE Le personnel hospitalier déplore une pénurie de surblouses. Tous les dons pouvant faire l’affaire sont acceptés

Frédéric Brenon

— 

Un soignant hospitalier portant une tenue jetable de protection dans le cadre de la prise en charge de malades du Covid-19.
Un soignant hospitalier portant une tenue jetable de protection dans le cadre de la prise en charge de malades du Covid-19. — C-I.Calvados/AFP
  • Le stock de surblouses destiné aux soignants du CHU de Nantes est épuisé.
  • Plus d’un millier de surblouses à usage unique sont jetées chaque jour.
  • Démunis, les soignants lancent un appel aux dons.

Si la disponibilité en masques n’est actuellement plus un problème au CHU de Nantes, les stocks de blouses permettant aux soignants de couvrir leur uniforme, eux, sont épuisés. Voilà pourquoi plusieurs agents hospitaliers ont lancé ces dernières heures un appel aux dons sur les réseaux sociaux. Objectif : trouver un maximum de blouses, surblouses ou casaques, quels que soient leurs styles.

Les services de réanimation et des maladies infectieuses, en première ligne de la prise en charge des malades du Covid-19, sont ceux qui en ont le plus besoin. Il faut dire que ces blouses à usage unique sont jetées en sortie de chambre après chaque visite de patient. « Rien que pour la réanimation médicale, on en utilise 1.000 par jour. Donc ça s’épuise très vite. Ce qui compte, c’est de pouvoir travailler en sécurité », témoigne Bénédicte, infirmière en médecine intensive et réanimation.

« On se débrouille avec ce qu’on a »

« La situation est assez urgente, confirme Vincent Mével, délégué CFDT​ du CHU de Nantes. On se débrouille avec ce qu’on a. Ça peut être des dons de surblouses destinées à des industriels, aux entreprises de travaux. On a bénéficié récemment d’un don d’une clinique vétérinaire. Tout ce qui peut éviter une contamination sur les tenues professionnelles est bienvenu. » Ne pouvant être stérilisés, les dons doivent tout de même être neufs, amples et suffisamment longs pour couvrir bras et genoux.

La mobilisation a déjà porté ses fruits puisque plus de 5.000 surblouses ont pu être récupérées en moins de 24 heures. « Cette générosité est formidable, se réjouit Bénédicte. Ça va nous permettre de tenir quelques jours. Mais il nous en faudra d’autres. »

Des chemises de patients transformées

En parallèle, des agents travaillant à la blanchisserie du CHU sont également chargés de transformer les chemises hospitalières habituellement données aux patients en y cousant des manches longues. L’hôpital teste aussi l’efficacité des lavages de blouses.

Au-delà des surblouses, des inquiétudes sont également exprimées concernant les charlottes et lunettes-visières, lesquelles pourraient venir à manquer rapidement.

« La pression sur le personnel est forte mais le moral est bon, rassure Bénédicte. On a la chance d’être dans l’une des régions françaises les moins touchées. Et on reçoit tellement de soutiens que ça nous porte. »

Comment donner?

Les dons en faveur du CHU de Nantes sont à signaler au préalable par un mail adressé à dons-covid@chu-nantes.fr .