Coronavirus : Attention aux clichés de ces foules de joggeurs qui ne datent pas d’hier

FAKE OFF Depuis les heures de restriction de footing mises en place dans la capitale, des photos de très nombreux Parisiens en train de courir en groupe font croire au non-respect de la distanciation sociale

Marie-Laetitia Sibille
— 
Cette photo prétend montrer des joggeurs à Paris depuis les nouveaux horaires mis en place par la mairie pour courir.
Cette photo prétend montrer des joggeurs à Paris depuis les nouveaux horaires mis en place par la mairie pour courir. — Pixabay
  • Des photos trompeuses d’une foule de Parisiens en plein footing après 19h critiquent vivement les mesures prises par la ville de Paris pour restreindre le planning horaire de jogging depuis ce mercredi.
  • De vraies vidéos, moins caricaturales, reflètent néanmoins un réel afflux de coureurs dans certains lieux de la capitale et attisent la peur d’une propagation du coronavirus.
  • Une étude belgo-néerlandaise préconise des distances entre les coureurs ou les cyclistes bien au-delà des 1 à 2 m habituellement indiqués. Les spécialistes français relativisent.

« Les joggeurs ont envahi les rues après 19h. » Avec cette légende, un cliché illustrant des articles datés de ce jeudi sur des sites de radios parisiennes comme voltage.fr ou latina.fr a été repris sur les réseaux sociaux, puis est rapidement devenu viral. On y voit un groupe de très nombreux coureurs, les uns à côté des autres, sans respect des distances sociales imposées depuis l’épidémie de coronavirus, remonter une rue dite parisienne.

De trop nombreux de joggeurs ?
De trop nombreux de joggeurs ? - Capture d'écran Facebook

Depuis les mesures prises par la maire de Paris, Anne Hidalgo, interdisant le footing entre 10h et 19h à partir de ce mercredi, la polémique enfle sur le risque de voir se rassembler trop de coureurs en dehors de ces horaires. Largement partagée sur Facebook, cette photo, présentée de plus comme étant tirée d’une vidéo, a mis en colère des internautes : « Et c’est à cause de cela que le reste de la France est puni, tu vas chercher ta baguette de pain et tu as 135 euros de PV », « Vive la France, il n’y a pas plus idiots que les Français et Françaises », « Les Parisiens, de gros égoïstes, ils propagent le Covid, c’est quand même un des départements le plus touché. Je comprends pourquoi maintenant. »

Sur Twitter, une autre photo légendée « Paris, 19h01 » et commentée par : « T’as l’impression que des ânes gouvernent des moutons », a également circulé :

FAKE OFF

Une recherche inversée d’images sur Google montre que le premier cliché est fréquemment repris et ce, depuis plusieurs années déjà, pour illustrer des photos d’annonces de marathons, comme celui du 23 juin 2019 à Angers. Crédité Pixabay par voltage.fr et latino.fr (qui ont depuis changé de photo pour illustrer leur article), il a été intégré par cette banque d’images libres de droits le 1er février 2016. Sur Wikimedia Commons, il a été mis en ligne en janvier 2016, décrit comme étant une photo de marathon à Bruxelles (Belgique) et attribué à un photographe du nom de Martins Zemlickis.

Le deuxième cliché est, lui, une illustration du marathon de Paris le 8 avril 2018.

Les deux articles des sites de radios parisiennes font en réalité principalement référence à des vidéos de journalistes indépendants qui ont filmé le canal de l’Ourcq et le Bassin de la Villette, à Paris (19e), ce mercredi soir, puis ont diffusé les images sur Twitter.

Les vidéos ont été relayées sur le réseau social avec des commentaires, là encore, très critiques : « Et si l’effet obtenu était l’inverse de l’effet recherché ? », « Pourquoi autoriser le soir ce qui est dangereux toute la journée ? Bravo Hidalgo. » Dans l’émission C à vous, la maire de Paris a réagi à ces images jeudi soir en appelant au sens de la responsabilité de chacun : « Si à 19h il y a trop de monde, il faut sortir un peu plus tard. On peut aussi courir la nuit. »

Une distance « raisonnable » de 1,50 m entre coureurs

La polémique illustre la crainte d’une contamination au coronavirus plus importante entre joggeurs. Sur RMC Sports, Robert Sebbag, médecin attaché au service des maladies infectieuses et tropicales de l’Hôpital de Pitié Salpêtrière, dénonçait le 24 mars le « risque majeur » pris par les coureurs occasionnels : « Des gens improvisent et se mettent à préparer les Jeux olympiques. Je répète une fois de plus : quand on fait du jogging – je ne parle pas d’une petite balade –, on est en hyperventilation. On postillonne beaucoup plus, on crache, on en a certainement sur ses mains. Quand on rentre chez soi, on touche les poignées de portes, le bouton d’ascenseur ou la rampe d’escalier. »

Une récente étude belgo-néerlandaise ainsi que des simulations numériques réalisées par l’entreprise américaine Ansys concluent à la nécessité d’une distanciation sociale plus élevée que celle, préconisée actuellement, d’un mètre. S’appuyant sur ces résultats de cette étude (non encore soumise à validation par les pairs), le site Futura Sciences explique que les coureurs devraient respecter une distance de trois mètres minimum et les cyclistes, dix mètres.

Sans aller jusque-là, Marie-Paule Kiény, virologue et directrice de recherche à l’Inserm, répond à 20 Minutes que « 1,50 m de distance entre des joggeurs semble raisonnable. Le problème est que dans les endroits où de nombreux joggeurs se croisent, on peut avoir des attroupements et des goulets d’étranglement ponctuels. La règle [décidée par la mairie de Paris] cherche peut-être aussi à éviter le sentiment trompeur que "tout va bien", qui pourrait amener à une moindre attention aux mesures de protection. » Bérénice Léoutre-Falmagne, médecin du sport, interrogée par Le Parisien, modère également : « Ce qui est prouvé, c’est que le contact doit durer quelques minutes pour que le virus puisse se transmettre entre deux personnes. Si on croise quelqu’un moins d’une minute, la probabilité de contagion est minime. »

Le mot de la fin est pour ce joggeur parisien anonyme, qui pratique quotidiennement depuis le début du confinement : « Cette mesure permet de moins mélanger joggeurs et non joggeurs au moins le matin. En revanche en semaine, la journée, je pense que c’est une connerie. J’étais quasiment seul à 14h en semaine… »

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.