Coronavirus à Marseille : Les hôpitaux ne s’estiment pas encore « prêts au déconfinement »

EPIDEMIE Les dirigeants de l’AP-HM craignent un relâchement du confinement durant ce week-end de Pâques

20 Minutes avec AFP

— 

Les services d'urgences de l'hôpital de la Timone à Marseille (image d'illustration).
Les services d'urgences de l'hôpital de la Timone à Marseille (image d'illustration). — BORIS HORVAT / AFP

Les hôpitaux de  Marseille, qui forment le troisième CHU de France, ne s’estiment pas encore « du tout prêts au déconfinement » et s’inquiètent d’un relâchement des comportements à l’approche du week-end de Pâques​, ont souligné jeudi leurs dirigeants.

« Si le confinement n’est pas respecté, tout le gain qu’on a eu risque de se perdre ! », a alerté le Professeur Dominique Rossi, président de la commission médicale d’établissement, lors d’un point presse téléphonique.

Un nombre de malades stables

Dans le détail, jeudi, 371 malades du coronavirus étaient hospitalisés à l’Assistance publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM), dont 107 en réanimation, un chiffre désormais quasiment stable d’un jour sur l’autre.

La « sortie de confinement aura nécessairement des coûts sanitaires et pèsera sur le système » hospitalier a souligné le Pr Pascal Auquier, épidémiologiste et patron de la recherche clinique à l’AP-HM.

« Un risque d’effet rebond »

En région Provence-Alpes-Côte d’Azur, « il est peu probable que l’état d’immunisation de la population générale soit supérieur à 10 % » et « le risque d’effet rebond (…) est important pour la population et les établissements de soins », en cas de déconfinement, a-t-il souligné.

Celui-ci ne sera envisageable que sous la réserve de disposer de tests sérologiques éprouvés en nombre suffisant et d’un maintien de la distanciation sociale, ont ajouté les dirigeants du groupe hospitalier.