Coronavirus à Cannes : Un drone va « désinfecter » les rues… La ville va plus loin malgré l’avis du Haut conseil de santé

CRISE SANITAIRE La mairie va présenter une « opération inédite de désinfection aérienne » alors que l’instance française vient de déconseiller l’usage de produits désinfectants sur la voirie

Fabien Binacchi

— 

Illustration d'un drone.
Illustration d'un drone. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA
  • La ville de Cannes qui faisait déjà désinfecter ses rues par des agents municipaux va présenter vendredi un dispositif aérien via un pick-up et par drone.
  • Le Haut conseil de santé publique demande pourtant « de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie ».
  • Le maire de la ville David Lisnard dénoncé de son côté un « avis alambiqué » qui est « plutôt en fait une incitation à désinfecter ».

Des agents municipaux en combinaison intégrale pulvérisent de l’eau de javel diluée dans les rues de Cannes. Ces images prises les 25 et 26 mars dans la cité des festivals ont fait le tour des médias… Ces opérations de désinfection « à la coréenne » défendues par le maire LR David Lisnard contre le coronavirus ne sont pourtant pas recommandées par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) dont l’avis a été rendu publique ce jeudi matin.

Une opération de désinfection devant le palais des festivals de Cannes, le 26 mars 2020, pendant l'épidémie du nouveau coronavirus
Une opération de désinfection devant le palais des festivals de Cannes, le 26 mars 2020, pendant l'épidémie du nouveau coronavirus - Lionel Urman/Sipa USA/SIPA

C’est pourtant ce jeudi aussi que la municipalité a décidé de convier la presse le lendemain pour assister à une expérimentation toujours à base d’eau de javel : une « opération inédite en France de désinfection aérienne des espaces publics ».

De l’eau de javel encore plus diluée

Le rendez-vous est donc donné vendredi à 8h place Roubaud, qui accueille d’habitude un marché à l’ouest de la ville. Et le dispositif promet d’être spectaculaire. Sur place, « un véhicule à plateau de type pick-up propulsera une solution désinfectante sur une portée de 15 mètres » et « un drone diffusera également cette même solution », précise-t-elle. Le désinfectant en question est de « l’hypochlorite de sodium [comprenez de l’eau de javel] dilué à 0,5 %, contre 3 % pour la désinfection terrestre », indique encore la mairie.

Dans un avis publié mardi et partagé par le gouvernement ce jeudi, le HCSP note « l’impact psychologique » de telles mesures « sur la population » mais demande pourtant dans sa conclusion « de ne pas mettre en œuvre une politique de nettoyage spécifique ou de désinfection de la voirie ». Une recommandation motivée « devant l’absence d’argument scientifique » et « au regard des impacts environnementaux potentiels ».

« Favoriser l’apparition d’espèces résistantes »

Dans un communiqué joint, le gouvernement « rappelle que l’usage massif de produits de désinfection en plein air peut conduire à des effets, directs ou indirects, sur la santé et l’environnement » et notamment « favoriser l’apparition d’espèces résistantes ».

Sollicité par 20 Minutes, David Lisnard avance de son côté que cet « avis alambiqué est plutôt en fait une incitation à désinfecter ». Le maire pointe notamment un passage du rapport selon lequel « le nettoyage et la désinfection des mobiliers urbains à une fréquence régulière peuvent constituer une mesure complémentaire pour réduire un potentiel inoculum viral ».

Expérimentation avec un virologue et un spécialiste de l’environnement

Les opérations de désinfections « à pied » vont donc se poursuivre quotidiennement, assure la ville. Et le directeur de cabinet du maire de Cannes précise que « l’expérimentation aérienne de vendredi sera évaluée en présence d’un virologue et d’un spécialiste de l’environnement ». « C’est un système que nous pourrions notamment utiliser à l’occasion d’une opération d’envergure de nettoyage de toutes les rues de la ville à la sortie du confinement », explique Eric Doré, précisant que le recours à ces désinfections n’était que complémentaire à d’autres initiatives de la ville.

La mairie de Cannes a notamment été l’une des premières à organiser une « manufacture de masques alternatifs » pour en fournir à tous les habitants dans les semaines à venir.