Non, la 5G ne favorise pas l’épidémie de coronavirus

FAKE OFF Certains accusent les radiations électromagnétiques d’être à l’origine de la pandémie et partagent cette inquiétude sur les réseaux sociaux. Les spécialistes démentent

Marie-Laetitia Sibille

— 

Des antennes relais à Wachenbuchen, près de Francfort (Allemagne), en 2019.
Des antennes relais à Wachenbuchen, près de Francfort (Allemagne), en 2019. — Michael Probst/AP/SIPA
  • L’hypothèse d’un lien entre la pandémie de coronavirus et les ondes des réseaux de téléphonie 5G se répand sur les réseaux sociaux, notamment depuis la diffusion de la vidéo d’un « anthroposophe » américain.
  • Cette théorie fait de nombreux adeptes au Royaume-Uni, où des antennes relais ont récemment été vandalisées, mais elle est aussi largement reprise en France.
  • Les spécialistes s’élèvent contre cette information, qui ne s’appuie sur aucune preuve scientifique.
  • Les cartes de propagation du Covid-19 ne correspondent pas non plus à un éventuel déploiement de la 5G.

Plusieurs antennes-relais de téléphonie mobile incendiées en fin de semaine dernière au Royaume-Uni. C’est ce que rapportent plusieurs médias britanniques, qui recensent notamment des dégradations à Birmingham et Liverpool. La raison ? Le réseau 5G encouragerait la diffusion du coronavirus.

La popularité de cette rumeur est très élevée outre-Manche, relayée par certaines célébrités, dont Amanda Holden, la juge de l’émission de téléréalité Britain’s Got Talent, qui a diffusé sur Twitter une pétition liant la 5G à l’épidémie. La théorie s’appuie aussi sur le fait que l’Afrique n’est « pas une région de 5G » et serait donc de ce fait moins affectée par l’épidémie pour l’instant.

Ce discours trouve aussi une résonance considérable en France. Ci-dessous, une internaute compare la carte de la 5G avec celle de la propagation du coronavirus :

Tout est parti d’une vidéo publiée sur YouTube le 16 mars et vue près de 2 millions de fois à ce jour. Termes farfelus à l’appui – « cellules empoisonnées », « électrification de la terre », « excréter des débris que nous appelons virus » –, Thomas Cowan, qui se présente comme médecin, assure que les virus seraient dus aux ondes. La vidéo a été rapidement sous-titrée en français, et visionnée plusieurs milliers de fois sur Facebook :

Dans les premières minutes de cette intervention qu’il consacre au coronavirus, Thomas Cowan explique que la grippe espagnole de 1918 serait due à « l’introduction des ondes radio autour du monde ». Il évoque ensuite « un saut quantique dramatique durant les six derniers mois dans l’électrification de la Terre. Cela s’appelle la 5G ». Enfin, Thomas Cowan demande où se situe « la première ville au monde entièrement recouverte par la 5G ». Sa réponse : Wuhan. A la fin de sa « démonstration », il cible les vaccins qui, avec leurs adjuvants contenant des sels d’aluminium, feraient de nous des récepteurs de champs électromagnétiques.

Thomas Cowan se revendique de l’anthroposophie, mouvement ésotérique qui se veut proche de la nature et qui voit le monde comme mû par des forces spirituelles. Il a été fondé dans les années 1910 par l’Autrichien Rudolf Steiner.

FAKE OFF

Grégoire Perra, professeur de philosophie et lanceur d’alerte sur l’anthroposophie après avoir enseigné dans une école diffusant ce courant de pensée, explique à 20 Minutes avoir rapidement signalé cette vidéo : « La médecine anthroposophique appartient à la dérive sectaire de l’anthroposophie, que je dénonce sur mon blog depuis dix ans. Ses partisans sont de toute façon anti-technologie. Pour Steiner, l’électricité, le magnétisme et la radioactivité étaient déjà des forces du mal. Selon les adeptes de cette pensée, quand on dort, notre corps astral sort du champ terrestre. Il doit du coup traverser des satellites. »

Les scientifiques contredisent en tout point le lien entre coronavirus et 5G. La BBC y consacre un article sur son site qui distingue deux rumeurs : la 5G pourrait supprimer le système immunitaire et les virus peuvent communiquer par ondes radio. Selon Simon Clarke, professeur associé en microbiologie cellulaire à l’Université de Reading, cité par la BBC, ces deux notions sont des « ordures complètes » : « Votre système immunitaire peut être submergé par toutes sortes de choses, en étant fatigué un jour ou en n’ayant pas une bonne alimentation. Ces fluctuations ne sont pas énormes, mais peuvent vous rendre plus susceptible d’attraper des virus. […] Les ondes radio peuvent perturber votre physiologie en vous chauffant, ce qui signifie que votre système immunitaire ne peut pas fonctionner. Mais [le niveau des] ondes 5G sont minuscules et ils sont loin d’être assez forts pour affecter le système immunitaire. Il y a eu beaucoup d’études à ce sujet. »

« Aussi différents que la craie et le fromage »

C’est également ce qu’explique l'enseignant-chercheur Carlos Bader, spécialiste 5G de Centrale Supélec, dans une vidéo de novembre 2019 intitulée : La 5G est-elle dangereuse pour la santé ? « Nous ne sommes pas dans une phase opérationnelle de massification de la 5G dans sa version performante. Nous sommes encore sur la bande de basses fréquences. » Le niveau de rayonnement, poursuit-il, est donc en deçà des niveaux censés endommager les cellules du corps humain.

Il serait également impossible pour la 5G de transmettre le virus, ajoute à la BBC Adam Finn, professeur de pédiatrie à l’Université de Bristol : « L’épidémie actuelle est causée par un virus qui se transmet d’une personne infectée à une autre. Des virus et des ondes électromagnétiques fonctionnent différemment. Ils sont aussi différents que la craie et le fromage. »

Enfin, si l’on reprend la carte de Facebook ci-dessus qui met en parallèle coronavirus et 5G en France, elle ne représente pas la réalité, tout simplement parce que la 5G n’est pas encore déployée dans l'Hexagone, mais devait l’être au printemps 2020. Si elle est bien testée dans certains endroits, ils ne correspondent pas aux foyers les plus importants de Covid-19 :

En réalité, la carte de France publiée par l’utilisatrice de Facebook est relative au déploiement de la fibre.

Enfin, malgré l’absence de 5G, le coronavirus est déjà bien présent sur le continent africain. Et il n’y a pas de réseaux 5G en Iran, pays qui a été pourtant gravement touché par le Covid-19.

Quoi qu’il en soit, YouTube a décidé de mettre en place de nouvelles mesures pour limiter la diffusion de vidéos complotistes liant la technologie 5G à l’épidémie de Covid-19, comme un porte-parole de la plateforme l’a expliqué au Gardian ce dimanche : « Nous avons commencé à diminuer la place des vidéos qui promeuvent les théories du complot sur la 5G et l’épidémie, qui désinforment nos utilisateurs de manière dangereuse. » Néanmoins, la vidéo de Thomas Cowan y est toujours visible.

Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

 

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.