Coronavirus : Amazon va fournir des masques à tous ses employés

ÉPIDÉMIE L’entreprise affirme aller au-delà des consignes des autorités alors que les syndicats dénoncent un effet d’annonce

20 Minutes avec AFP

— 

La plate-forme Amazon à Lauwin-Planque, dans le Nord (Archives)
La plate-forme Amazon à Lauwin-Planque, dans le Nord (Archives) — M.Libert / 20 Minutes
  • Amazon France va fournir des masques et prendre la température de ses salariés.
  • Les syndicats dénoncent des effets d’annonce et des pressions.
  • Le syndicat CGT va déposer une plainte ce vendredi contre l’entreprise.

Ce vendredi, Amazon France a annoncé que des masques allaient être fournis à tous ses salariés pour les protéger du coronavirus. Par ailleurs, comme aux Etats-Unis, l’entreprise va mettre en place un contrôle de leur température à l’entrée des sites.

« Les autorités ne nous demandent pas de travailler aujourd’hui avec des masques et pourtant à partir d’aujourd’hui, dans tous les bâtiments Amazon France, les salariés seront équipés de masques à leur demande », a annoncé le directeur général d’Amazon France, Frédéric Duval sur RTL. « Dès lundi, nous aurons un contrôle de la température par caméra thermique à l’entrée des sites en France ».

« Ça ne change rien, c’est un effet d’annonce »

« Ça ne change rien, c’est un effet d’annonce », a réagi Laurent Degousée, représentant syndical chez Sud Commerce. « Sauf à habiller les salariés en cosmonautes, les règles de distanciation ne peuvent pas être observées. La concentration des travailleurs les rend inopérantes ». Sud Commerce, premier syndicat chez Amazon en France, doit d’ailleurs déposer vendredi au tribunal des prud’hommes de Nanterre 11 dossiers de droits de retrait de salariés contestés par Amazon.

Dans le Nord, la CGT a porté plainte, mardi, auprès du procureur pour « mise en danger de la vie d’autrui ». « Les distances de sécurité ne sont pas respectées. On demande simplement à ce que les salariés travaillent en toute sécurité au moment où le chiffre d’affaires d’Amazon explose », signale la CGT à 20 Minutes. Un référé a également été déposé aux Prud’hommes, la direction ayant refusé à certains employés d’exercer leur droit de retrait.

« Il y a maintenant quatre cas de contamination de salariés à Saran (Loiret) et un salarié hospitalisé à Bretigny », a ajouté le délégué Sud. « Nous réclamons la fermeture des six entrepôts en France pour au moins 15 jours avec la mise en œuvre du chômage partiel, et a minima qu’Amazon, qui assure ne livrer que des produits essentiels, soit 10 % du total des marchandises, n’emploie que 10 % du personnel ».

« Les réglementations de sécurité sont réunies »

Depuis plusieurs jours, la marque américaine fait face à la colère de ses employés et des organisations syndicales, qui réclament de meilleures protections contre le coronavirus.

« Les réglementations de sécurité sont réunies. On les discute de façon quotidienne avec les organisations syndicales et on va même plus loin que ce que demande le gouvernement », a pourtant assuré Frédéric Duval.

« On applique depuis le début toutes les recommandations faites par le gouvernement de façon très stricte et de façon progressive à mesure que celles-ci apparaissent », a-t-il martelé alors qu’Amazon a été directement pointé du doigt par Muriel Pénicaud, la ministre du Travail.

« Je souhaite que nous ayons, Amazon, un rôle – modeste – de gestion de cette crise, que nous soyons un recours pour bon nombre de Français pour rester à la maison », a-t-il ajouté en indiquant qu’Amazon avait « du stock ».