Coronavirus: Edouard Philippe admet de « vraies difficultés » pour s’approvisionner en masques

PROTECTION Le Premier ministre n’a rien dit sur un possible surenchérissement des Américains pour obtenir des masques, comme l’affirment des présidents de régions

20 Minutes avec AFP

— 

Une pharmacie du centre ville de Toulouse le 9 mars 2020.
Une pharmacie du centre ville de Toulouse le 9 mars 2020. — FRED SCHEIBER/SIPA

La question des masques est au cœur des polémiques en France. Le gouvernement a donc fini par se justifier. Edouard Philippe a ainsi reconnu jeudi les « vraies difficultés » auxquelles se heurte la France pour s’approvisionner en masques contre le coronavirus. Il faut dire que la grogne monte, alors que des présidents de régions ont affirmé que des acheteurs américains avaient « surenchéri » pour obtenir des masques.

Une demande mondiale considérable

Les difficultés d’approvisionnement tiennent « à la demande considérable qui vient vers la Chine des Etats-Unis, de l’ensemble de l’Europe, du monde entier en vérité, et à la capacité qu’a la Chine à conserver des masques pour elle, ce qui peut parfaitement s’entendre mais qui a un impact sur nous », a expliqué aussi le Premier ministre. Ce ne sont « pas des difficultés logistiques liées à des avions qui manqueraient car nous avons vraiment la capacité d’envoyer des avions au fur et à mesure que c’est nécessaire, mais la capacité parfois à accéder aux produits des commandes qui ne sont pas toujours livrées pour des raisons assez variées », a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, a elle affirmé jeudi avoir perdu un chargement de masques chinois au profit d’acheteurs américains qui avaient « surenchéri » pour l’obtenir, après des accusations similaires de ses homologues de la région Paca (sud-est) Renaud Muselier et du Grand-Est Jean Rottner. Valérie Pécresse n’a pas précisé s’il s’agissait d’acheteurs travaillant pour des entités privées ou publiques.

Les Etats-Unis démentent

« Sur le tarmac, les Américains sortent le cash et payent trois ou quatre fois (plus cher) les commandes que nous avons faites, donc il faut vraiment se battre », avait également déploré mercredi Jean Rottner. Après ces accusations, les Etats-Unis ont catégoriquement démenti jeudi avoir acheté à la Chine des masques destinés à la France.