VIDEO. Coronavirus : Avec au moins 884 décès enregistrés, les Ehpad touchés de plein fouet par l’épidémie

CORONAVIRUS Lors de son bilan quotidien, le directeur général de la Santé a pour la première fois dévoilé l’impact chiffré de l’épidémie sur les structures accueillant les personnes âgées

20 Minutes avec AFP
Dans un Ehpad en période d'épidémie de coronavirus.
Dans un Ehpad en période d'épidémie de coronavirus. — Loic VENANCE / AFP

Ce n’est pas un bilan définitif, mais il est déjà élevé. Jeudi soir, le directeur général de la Santé a annoncé que 884 personnes âgées résidant dans un Ehpad étaient mortes en France depuis le début de l’épidémie de coronavirus. Et 14.638 cas « confirmés ou possibles » ont été recensés dans ces structures spécialisées.


« Il s’agit d’un premier chiffre partiel, avec de grandes inégalités dans le recueil entre régions et un travail important est en cours pour regrouper l’ensemble de ces données », a précisé Jérôme Salomon, indiquant que parmi les 7.500 établissements de ce type, tous n’avaient pas fait remonter l’ensemble des cas.

Ils étaient jusqu’à présent exclus du décompte officiel, qui faisait état ce soir de 4.503 personnes décédées dans des établissements hospitaliers.

570 décès dans le Grand-Est

Mercredi, l’Agence régionale de santé (ARS) a indiqué que dans le Grand-Est, 570 décès liés au Covid-19 avaient été enregistrés dans les Ehpad depuis l’apparition du virus, dont 314 uniquement dans le Haut-Rhin.

L’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, avec 950 établissements pour personnes âgées dépendantes, a également annoncé que 1.191 résidents au sein de 236 Ehpad étaient « possiblement contaminés » par le virus et 93 étaient décédés depuis le début de l’épidémie, dont 73 en établissements et 20 à l’hôpital.

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreux acteurs du secteur regrettent le manque de dépistage. Seuls les deux premiers cas suspectés de Covid-19 sont testés dans les Ehpad, les suivants qui présenteraient un état symptomatique ou proche étant alors présumés infectés, ce qui rend difficile d’établir avec certitude les causes du décès chez des personnes âgées, déjà fragilisées.