Coronavirus : Une société bretonne lance un test de dépistage « ultrarapide »

SANTE L’entreprise NG Biotech prévoit de commercialiser dans les prochaines semaines un test réalisé à partir d’une simple goutte de sang avec un résultat connu en quinze minutes

Jérôme Gicquel

— 

Le test est réalisé à partir d'une simple goutte de sang prélevée au bout du doigt du patient.
Le test est réalisé à partir d'une simple goutte de sang prélevée au bout du doigt du patient. — @karlphotographer.com
  • La question du dépistage à grande échelle du coronavirus fait débat en France.
  • La société bretonne NG Biotech annonce le lancement d’un test de dépistage rapide à partir d’une simple goutte de sang.
  • Elle prévoit des premières livraisons dans les deux ou trois prochaines semaines et se dit prête à fabriquer 500.000 tests dès le mois de mai.

Après avoir longtemps hésité, le gouvernement français vient de changer de stratégie dans sa lutte contre le coronavirus en annonçant une montée en puissance des tests de dépistage. Dans cette course contre la montre, certains acteurs sont déjà dans les starting-blocks. C’est le cas de la société NG Biotech, basée à Guipry près de Rennes, qui annonce le lancement commercial d’un test sérologique « ultrarapide ».

Marqué « CE » depuis la semaine dernière, ce test tout-en-un et à usage unique doit permettre de détecter la présence d’anticorps spécifiques au Covid-19 et d’indiquer si le patient est ou a été en contact avec le virus. Il suffit pour cela d’une seule goutte de sang prélevée au bout du doigt à l’aide d’un auto-piqueur. « Le test se lit ensuite comme pour un test de grossesse avec un résultat qui est connu en seulement 15 minutes », indique Milovan Stankov Pugès, PDG de la société, contacté par 20 Minutes.

Un objectif d’un million de tests fabriqués en juin

Élaborés dans l’urgence, ces tests ont été évalués ces derniers jours dans plusieurs centres hospitaliers de la région parisienne, notamment à l’hôpital Bicêtre ou dans le service des urgences de l’hôpital Lariboisière à Paris. « Les résultats de sa fiabilité seront communiqués très prochainement », souligne Milovan Stankov Pugès.

En attendant la publication, le PDG de NG Biotech assure que sa société est déjà prête à gérer un afflux de commandes, avec des premières livraisons qui sont attendues entre la deuxième et la troisième d’avril. « Nous prévoyons de fabriquer 500.000 tests en mai, 800.000 en juin et un million en juillet », détaille l’entrepreneur.

Un test à destination des professionnels de santé

Pour faire face à cette montée en puissance de l’activité, la société a ouvert un second site de production et prévoit l’embauche dans les prochaines semaines d’une centaine de personnes. « Nous répondrons en priorité aux besoins sanitaires français », indique le PDG, précisant que le test ne sera pas vendu, au moins dans un premier temps, dans le commerce.

« Il sera destiné en priorité aux professionnels de santé, notamment dans les hôpitaux, avec une utilisation qui pourra se faire au chevet du patient », précise Milovan Stankov Pugès, plus que jamais mobilisé « pour soutenir l’effort national et prendre part à la lutte contre la pandémie ».