Coronavirus : Plusieurs villes des Hauts-de-France décrètent un couvre-feu

ÉPIDÉMIE Certains maires ont décidé de prendre des mesures encore plus drastiques que celles du gouvernement contre le coronavirus

Mikaël Libert

— 

Un contrôle de police pour faire respecter le confinement (illustration).
Un contrôle de police pour faire respecter le confinement (illustration). — M.Libert/20 Minutes

Le confinement, ça vaut aussi pour les enfants. Depuis mardi midi, le gouvernement a décrété des mesures de restrictions des déplacements afin de lutter contre la propagation de l’épidémie de coronavirus. Sauf motif dérogatoire, les Français sont invités à rester chez eux. Sauf que la consigne a parfois du mal à passer malgré les contrôles de police renforcés et le montant de la contravention, porté à 135 euros. Les maires de certaines communes ont donc décidé de frapper fort et d’instaurer un couvre-feu.

Dans le Nord, c’est à Hautmont qu’ont été prises les premières mesures pour interdire aux mineurs de sortir le soir sous quelque prétexte que ce soit. Ainsi, depuis samedi et jusqu’au 30 avril, les personnes de moins de 18 ans non accompagnées ne devront pas sortir de chez elles entre 18 heures et 6 heures du matin.

En cas d’infraction, les parents du mineur se verront dresser un procès-verbal de 135 euros. Pour justifier sa décision, le maire d’Haumont, Joël Wilmotte, assure qu’il a été constaté une « recrudescence de rassemblements de personnes mineures dans les lieux publics » donnant lieu à « de nombreux troubles à l’ordre public sur certains points du territoire communal. »

Pour les mineurs et parfois même les adultes

Le maire de Jeumont, Benjamin Saint-Huile, a lui aussi pris la décision d’interdire aux mineurs de sortir le soir. « Les personnes de moins de 18 ans ne pourront plus circuler en ville à partir de 19 heures et ils seront verbalisables », assure-t-il. L’élu déplore cependant que l’initiative ne soit pas venue de plus haut : « J’espère que le gouvernement prendra une décision plus drastique […] car je n’ai moi-même pas la possibilité juridique de mettre en place un couvre-feu pour tout le monde », explique-t-il. En effet, selon le texte du décret gouvernemental imposant les restrictions de déplacements, seul « le représentant de l’Etat dans le département est habilité à adopter des mesures plus restrictives. »

Pour la ville d’Arras, dans le Pas-de-Calais, la question juridique entre mineurs et majeurs ne se pose pas. Frédéric Leturque, le maire de la commune, a pris un arrêté interdisant la circulation des personnes entre 22 heures et 5 heures du matin. Il est entré en vigueur samedi et sa validité court jusqu’au 31 mars. Selon la mairie, ce sont notamment des témoignages d’habitants ayant constaté des manquements aux règles de confinement qui ont motivé l’élu à prendre cette décision.